photo - urbain affiche dechiree

La Sicile

sicile

Plus grande île de la Méditerranée, la Sicile est d’une superficie de 25 707 km² (avec les îles annexes) pour 5,2 millions d’habitants. Région de l’Italie dotée d’une autonomie importante. Elle comprend les provinces d’Agrigente, Caltanisetta, Catane, Enna, Messine, Palerme, Raguse, Syracuse et Trapani. La capitale est Palerme ; les autres grandes villes sont Catane et Messine.

Carte de la Sicile
Carte de la Sicile

Voyage en Sicile

L’île de Sicile est montagneuse au nord. A Messine, elle est séparée du continent par un bras de mer de 3 kilomètres. Le point culminant de l’île est l’Etna (3274 m). L’arrière-pays est constitué d’un paysage de collines. Une plaine s’étend au sud et à l’est.

Le climat est caractérisé par des étés chauds et secs et des hivers doux et pluvieux. Les précipitations sont irrégulières.

Les Sicilens cultivent les agrumes, les oliviers et la vigne. Ils pratiquent également l’extraction de soufre (Caltanisetta) et de pétrole (Raguse). L’émigration (principalement vers les Etats-Unis) est importante en raison du chômage. La Sicile est marquée par les difficultés économiques, la pauvreté et l’influence importante de la mafia.

La Sicile est une terre d’extrêmes et de contrastes

L’île est un éclairage sur tous les trésors de l’Italie. L’île est également un concentré de l’histoire italienne , d’architecture et de gastronomie, où les volcans incandescents illuminent le ciel nocturne, les chaînes de montagnes se bousculent pour la suprématie, et où la mer a sculpté un littoral d’une beauté étonnante !

Avec son merveilleux climat , la Sicile est éminemment visitable toute l’année et chaque saison a son propre charme. D’autant la Sicile du Nord ou du Sud offre aux environs de Messine, le point le plus proche de l’ Italie continentale, à travers à Palerme , la capitale de l’île qui abrite quelques superbes plages et paysages marins avec de nombreuses villes fascinantes, y compris Cefalu , et trois chaînes de montagnes séparées : les montagnes Peloritani à l’est, le Nebrodi dans le milieu et la Madonie vers l’ouest. Avec des pics atteignant 2000m la zone au nord de la côte met en vedette certains des plus beaux paysages de la Sicile, de vastes étendues de terres agricoles et de villages pittoresques innombrables à explorer.

Vous l’aurez compris, un voyage en Sicile c’est une nature en fête et à découvrir avec les plages de sable du nord à Tindari , avec son étonnante langue de sable. Certaines de magnifiques randonnées sont à faire à travers la campagne sauvage et les villages de montagne tels que Petralia Soprana et Polizzi Generosa qui attendent les plus aventureux randonneurs dans les montagne de Nebrodi et Madonie montagnes, sans oublier un peu de marche côtière autour de la spectaculaire « Lo Zingaro » , réserve naturelle dans le Nord-Ouest de la Sicile.

Etna- Volcan
Etna- Volcan

Histoire de la Sicile

Les plus anciens restes d’habitats humains découverts en Sicile à ce jour ne dépassent pas la période du paléolithique inférieur. Ces premiers vestiges ont été trouvés dans des grottes de la côte nord, près de Trapani et de Palerme, ainsi qu’au sud-est, autour de Syracuse. Les basses strates argileuses de ces grottes ont révélé la présence d’hippopotames et de rhinocéros, ainsi que d’éléphants nains tels qu’il en existait en Crète, à Chypre, en Sardaigne et à Malte. Cette similitude entre la Sicile et Malte s’explique par le fait que les deux îles n’en formaient qu’une au début du pléistocène. On a trouvé des témoignages rupestres datant de cette époque, comme dans la grotte découverte de Cala dei Genovesi, sur l’île de Levanzo.

Les deux foyers de la grotte de Coruggi à Pachino, et de Sperlinga de San Basilio, près de Novara di Sicilia, sont caractéristiques de la période mésolithique sicilienne. Les fouilles ont révélé une couche dépourvue d’outils préhistoriques, par-dessus laquelle apparaissent les outils de pierre typiques (microlithes), d’abord isolés, puis mélangés à des céramiques de Stentinello et à des obsidiennes provenant de Lipari.

La période néolithique de la Sicile porte le nom au village de Stentinello, situé au nord de Syracuse. Elle a pour origine l’arrivée d’immigrants qui connaissaient déjà l’agriculture et l’élevage, et vivaient en communautés dans des huttes, produisant des céramiques, utilisant l’obsidienne et des haches de basalte. Leurs poteries sont techniquement et stylistiquement comparables à celles d’autres cultures néolithiques (Syrie septentrionale, Anatolie, Grèce, Apulie, France du sud et Malte). Ces vestiges ont été retrouvés essentiellement dans les régions côtières.

Une seconde vague de population néolithique se caractérise par des céramiques peintes, comparables à celles de Mésopotamie, de Syrie septentrionale et d’Anatolie du sud au IVe millénaire av. J.-C., donc contemporaines des cultures de Dimini et de Sesklo, au nord de la Grèce.

Pendant l’âge du cuivre sicilien, les premières villes siciliennes apparaissent, centrées autour d’édifices collectifs. Les morts ne sont plus inhumés individuellement dans des caves ovales ou des sarcophages, mais désormais dans des tombeaux collectifs, sous les roches ou les dolmens, où l’on a trouvé des haches de guerre et des têtes de massues percées. Des objets, datant de cette période et de l’âge du bronze, ont été trouvés dans la grotte della Chiusazza.

Alors que plusieurs peuplades se partageaient le territoire durant le chalcolithique, apparaît au sud-est une culture plus homogène, celle de Castelluccio. Sur les îles Eoliennes se développe la civilisation de Capo Graziano, et au nord-ouest de la Sicile celle de Conca d’Oro. Ce n’est que plus tard qu’apparaissent les premiers signes de la civilisation ibérique des gobelets campaniformes, et l’âge du bronze moyen se démarque des autres périodes par une mutation des types de céramique et de leurs décorations. Les premières importations de céramiques en provenance de l’Italie continentale et de Mycènes, à l’époque helladique, se trouvent en concurrence avec les produits locaux.

Syracuse
Syracuse

A l’est de la Sicile s’épanouit une culture similaire, qui doit son nom au village de Thapsos près de Syracuse. Elle se définit par la production de grands bols en terre cuite, de pots et de pyxides (boîtes à couvercle).

Les relations commerciales à base de troc s’interrompent brutalement vers le milieu du XIIIe siècle av. J.-C. Dès l’âge du bronze récent, de nouvelles peuplades, les Ausoniens et les Sicules, occupent la Sicile par la mer.

Les Ausoniens arrivent de l’Italie continentale et s’installent sur les Eoliennes. Selon Thucydide, les Sicules avaient été repoussés par les Osques avant de coloniser la Sicile et de chasser eux-mêmes les Sicanes indigènes trois siècles plus tard. Dès le milieu du XIIIe siècle, les habitants des côtes se retirent vers les terres intérieures et y construisent des fortifications. Dès lors, le développement culturel en Sicile se divise en quatre périodes, telles que l’on peut les observer dans les nécropoles du sud-ouest :

  • La première période (1250-1000 av. J.-C.), représentée par les tombes de Pantalica et Caltagirone, se caractérise par des oblations de céramique et d’objets en bronze, d’influence nettement mycéenne.
  • La deuxième période (1000-850 av. J.-C.) se caractérise par les changements dans la confection des céramiques et des objets en bronze, tels qu’on les trouve dans les nécropoles de Cassibile, Dessueri, Mulino della Badia et Calcarella (près d’Enna). Dans certains tombeaux, apparaissent des haches percées d’un manche.
  • Une troisième période (850-730 av. J.-C.) présente également des particularités innovantes, puis la quatrième (730-650 av. J.-C.) achève le développement artistique de la civilisation sicilienne. L’art et la culture portent désormais les traits et les influences des Grecs. Cette période correspond d’ailleurs à la première utilisation du fer.

Au VIIIe siècle avant notre ère, des colons grecs s’installent sur les côtes et fondent les villes de Syracuse, Gela, Agrigente, Naxos et Himère, pendant que les Carthaginois colonisent l’Ouest. Ceux-ci s’implantent plus avant sur l’île au VIe siècle avant notre ère. La Sicile devient une province romaine à la suite de la première guerre punique (264-241 av. J.-C.). Entre le Ve et le XIe siècle, l’île est conquise successivement par les Vandales, les Byzantins, les Arabes et les Normands (royaume des Deux-Siciles).

En 1194, l’empire des Normands passe aux mains des Hohenstaufen. En 1268, les Hohenstaufen sont défaits par Charles Ier d’Anjou, qui prend possession de la Sicile. Une révolte populaire a lieu contre les troupes françaises à Palerme en 1282 (les « Vêpres siciliennes »), et l’île est rattachée au royaume d’Aragon.

Jusqu’au début du XVIIIe siècle, la Sicile est espagnole.

Elle constitue par la suite un Etat indépendant avec Naples, gouvernée par un roi de la famille des Bourbons. Elle est prise par Garibaldi et annexée au royaume d’Italie en 1860.

En 1947, la République italienne accorde à la Sicile une certaine autonomie, pour contrer d’éventuelles velléités séparatistes.

Plage de Sicile
Plage de Sicile

La Sicile Touristique

Issue d’une grande civilisation méditerranéenne, la Sicile offre une grande richesse tant en matière d’Art que d’Histoire.

Une journée dans ce paradis du ciel bleu profond et vous pourrez découvrir tantôt une végétation luxuriante, de moyennes montagne pour le ski, un majestueux volcan pour une randonnée sur l’Etna, marcher à travers des champs d’orangeraies ou à travers des ruines majestueuses ou s’arrêter à Taormina pour apprécier la vue panoramique sur la mer et le mont Etna de ses falaises déchiquetées de cactus couverte : une photo de la Sicile proche de la perfection !

En voyage en Sicile vous noterez que les sites touristiques d’exception abondent: la perfection panoramique de Taormine; La vallée d’Agrigente et ses Temples; un rose teinté se levant sur le mont Etna; Palerme, Monreale, Cefalù, et Catane offrent un florilège d’art romain, byzantin, arabo-normand, et une architecture baroque de toute beauté !

Mais des vacances en Sicile c’est également découvrir la beauté de l’île d’Ortygie située dans le centre historique de Syracuse. Vous noterez les ruines classiques qui côtoient des palais balnéaires et les marchés de poissons dans la ville portuaire la plus frappante de la Sicile, où le Duomo est littéralement construit au sommet d’ un temple grec antique.

Ainsi, entre l’Orient et l’Occident, l’Afrique et l’ Europe , la magnifique île de Sicile est un pilier de la culture méditerranéenne et l’une des destinations européennes les plus séduisantes.

Le paysage varié de la Sicile fait une première grande impression ! Volez à Catane et vers la carcasse du volcan de l’ Etna. Voyager vers Palerme et ce sera le scintillement de la montagne bordée par le Golfo di Castellammare. Cette juxtaposition de la mer, du volcan et des paysages de montagne offre une superbe toile de fond pour les activités de plein air.

En matière de Gastronomie, la Sicile n’a rien a envier au reste de l’Italie et de ses grandes villes ou régions. En effet, vous découvrirez tout au long de votre séjour des saveurs uniques d’une cuisine sicilienne ancienne qui s’appuie sur quelques ingrédients clés : les crustacés et les agrumes, le thon et l’espadon, les pistaches, les noisettes et les amandes, la ricotta et d’herbes sauvages.

Sur l‘île de Sicile, les liens traditionnels avec la terre sont profondes. Parlez au chef d’un restaurant à Catania et il vous dira qu’il utilise encore la recette de sa grand-mère pour les pâtes alla norma, mais aussi pour partager l’imagerie poétique qui le relie au Mont Etna : les tomates représente la lave, les aubergines les escarbilles , la nature, le basilic, la neige de ricotta.

Image - Cartes - Photos : carte sicile - sicile carte - la sicile - sicile tourisme - carte sicile etna - la sisile -

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.