voyage-a-gagner
Istanbul
Istanbul

Tourisme à Istanbul

A l’image de la Turquie, le tourisme à Istanbul offre le meilleur comme le moyen, mais il est impossible de manquer l’incontournable Mosquée Bleue (Sultanahmet Camii). Pas peu fière de ses six minarets, la plus célèbre mosquée de la ville arbore une silhouette élégante et une décoration intérieure en faïences d’Iznik à dominante bleue. La coupole rivalise presque avec celle de Sainte-Sophie, ce qui était d’ailleurs le but avoué de l’architecte.

istanbul-carte-touristique
istanbul-carte-touristique

Visite de la ville touristique d’Istanbul

Que serait l’Orient sans un authentique Bazar ? Lors e votre séjour si vous deviez n’en visiter qu’une ce serait Eminönü, toute la magie de l’Orient ! La traversée du Bazar égyptien, au milieu de quelque 2 000 sortes d’épices et d’herbes aromatiques ou médicinales, reste un enchantement, même si ce marché a depuis longtemps cessé d’être l’antre des seuls droguistes. Dépaysement garanti.

Commencez ensuite par visiter le musée des arts turcs qui offre une riche collection de tapis et d’art islamique, et une intéressante section ethnographique, le tout brillamment exposé dans l’ex-résidence d’Ibrahim Pasa, Grand vizir de Soliman le Magnifique. Puis le musée des mosaïques : il contient de magnifiques pavements de mosaïques byzantines, découverts sur l’emplacement du Grand Palais de Justinien.

Le cadre du musée des tapis et des kilims met en valeur une collection réputée de tapis et kilims anatoliens. Une occasion en or pour se former l’œil devant des pièces authentiquement anciennes !

Musées archéologiques

Trois bâtiments distincts composent le musée, en cours de réaménagement. Les collections font un peu fouillis, mais les travaux en cours visent justement à moderniser les salles d’exposition. Le musée de l’Ancien Orient contient le département des antiquités pré-islamiques et égyptiennes. À voir pour les sculptures hittites, les bas-reliefs mésopotamiens, et le traité de Kadesh, premier traité de paix signé au monde.

Au musée des Antiquités, collections grecques, romaines et égyptiennes, comprenant notamment la salle des sarcophages découverts dans la nécropole de Sidon, et plus particulièrement le sarcophage, d’Alexandre. À noter : une section éducative spécialement conçue pour les enfants. Dans le musée de la Céramique, survol complet de l’histoire des faïences turques, en passant d’Iznik à Kütahya. Le bâtiment lui-même, entièrement tapissé de faïences, est un petit bijou.

Fontaine d’Ahmet III – Les Ottomans couvrirent la ville de multiples fontaines. La plus gracieuse d’entre elles, une construction monumentale de 1728, rappelle l’architecture du kiosque oriental, bien que le style s’imprègne du style rococo, alors répandu dans toute l’Europe occidentale.

istanbul - tourisme
istanbul – tourisme

Visite des monuments touristiques d’Istanbul

En bordure de D. Resit Sok. et d’Aksakal Sok., vous pouvez voir les plus éloquents vestiges de l’Hippodrome. Pour pallier à la déclivité du terrain, les architectes firent reposer l’extrémité sud de l’Hippodrome sur un mur de soutènement semi-elliptique, percé d’arches (aujourd’hui murées) qui donnaient accès aux écuries. Mais faites appel à votre imagination car il ne reste guère que la forme de la place, plantée au centre de deux obélisques et de la colonne Serpentine, pour évoquer la splendeur passée de l’Hippodrome, siège de la vie sociale et politique à l’époque de Constantinople.

Le Palais de Topkapi

Du XVe au XIXe s., les sultans ottomans habitèrent ce légendaire palais composé d’une succession de cours, de kiosques et de pavillons entourés de jardins. À ne manquer sous aucun prétexte : les cuisines qui renferment une riche collection de porcelaines chinoises, l’élégant pavillon de Bagdad entièrement tapissé de faïences bleues d’Iznik et, bien entendu, la fantastique salle du Trésor.

L’Université – Un portail monumental de style mauresque donne accès aux bâtiments de l’Université. Ces derniers, d’un intérêt limité, se cachent au fond d’un parc dominé par la tour de Beyazit qui, du haut de ses 85 m, permettait aux gardiens de surveiller la ville et de signaler d’éventuels incendies. Toujours utile, mais dans un autre registre, elle donne aujourd’hui le bulletin météo au moyen d’un système de néons en couleurs.

La Tour de Léandre – À environ 200 m au large d’Üsküdar, un îlot porte la Kiz Kulesi (tour de la Vierge), un ancien phare datant du XVIIIe s. C’est l’un des symboles romantiques d’Istanbul, qui indique aux bateaux l’entrée du Bosphore.

Aqueduc de Valens – Du grand aqueduc romain terminé sous le règne de Valens, il reste une exceptionnelle portion qui enjambe le boulevard d’Atatürk. Au n° 146/B sur ce boulevard, entrez donc chez Vefa Bozacisi pour goûter au boza, la boisson favorite des terribles Janissaires, faite à base de millet fermenté.

Sultan Ahmed - Mosquée à Istanbul
Sultan Ahmed – Mosquée à Istanbul

Monuments religieux et Mosquées à Istanbul

Lieux d’intérêt touristique incontournable : Sainte-Sophie ! Construite par l’empereur Justinien au VIe s., la basilique Sainte-Sophie, joyau de la chrétienté, fut transformée en mosquée par les Ottomans à la chute de Constantinople. Il faut pénétrer dans la nef centrale, coiffée d’une coupole de 31 m de diamètre, pour apprécier le prodige architectural. Les tribunes possèdent toujours quelques magnifiques mosaïques sur fond d’or. Un très grand moment !

Küçük Aya Sofya Camii. Cette magnifique église byzantine date du VIe s. Regardez attentivement l’architecture intérieure : la petite Sainte-Sophie a un air de famille avec son illustre grande sœur. Quelques chapiteaux portent les monogrammes de Justinien et de son épouse, Théodora.

Mihrimah Camii – Cette mosquée, dédiée à la fille de Soliman le Magnifique, est une œuvre mineure du brillant architecte Sinan. Malgré un plan original, elle ne souffre pas la comparaison avec sa glorieuse homonyme située sur la rive européenne, à Edirnekapi, non loin de Kariye Camii.

Semsi Pasa Camii – Les photographes rendront grâce à Sinan (encore lui !), qui eut la lumineuse idée d’élever la mosquée au bord du Bosphore, presque les pieds dans l’eau.

Yeni Valide Camii – Cette mosquée a été commandée au XVIIIe s. par Ahmet III, le sultan qui aimait les tulipes, pour célébrer la mémoire de sa mère. Comme les autres mosquées jouxtant l’embarcadère, ce n’est pas un monument clé de l’architecture ottomane, mais le türbe (monument funéraire) de la sultane à l’extérieur du sanctuaire mérite un petit coup d’œil.

Nuruosmaniye Camii : Une mosquée baroque du XVIIIe s. qui marque un tournant dans l’architecture ottomane.

Rüstempasa Camii : Ne ratez pas l’entrée de la mosquée ! Quelques marches discrètes conduisent le visiteur dans un véritable « jardin de paradis » : des carreaux de faïences d’Iznik, d’une rare profusion de couleurs, tapissent le porche extérieur et l’intégralité de la salle de prière. Un petit bijou signé Sinan.

A ne pas manquer,  Galata, le nid des corporations. La façon la moins fatigante de grimper la colline de Beyoglu serait d’emprunter le Tünel, un ancien funiculaire qui dépose ses passagers au cœur de l’ancienne Pera sans la moindre transition. Vous manqueriez ainsi l’essentiel, le spectacle d’une ville orientale aux vieux caravansérails et rues commerçantes sectorisées qui, au fil de la montée à travers les étroites ruelles austères, laisse progressivement place à la ville européanisée.

Voyage TunisieTurquie Sri Lanka
Image - Cartes - Photos : le bosphore istanbul carte -

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment vos données de commentaires sont traitées.