Rurutu
Rurutu

Rurutu – Petite île des Australes

L’île de Rurutu est une invitation à un voyage hors du temps pour faire un retour aux origines de ce que fut la Polynésie française d’autrefois. L’île a la particularité d’avoir été formé d’une manière intéressante, grâce à deux points chauds volcaniques consécutifs, qui ont créé des montagnes inhabituelles encerclées de falaises de corail. D’où son nom « Rurutu »: la roche jaillissante.

Rurutu ou la Terre de Légendes et Promesse d’Absolu.

Une baleine sur Rurutu
Une baleine sur Rurutu

Rurutu : la petite île des Australes

Avec ses roches basaltiques Rurutu offre une ceinture de calcaire de stalactites et de stalagmites surprenantes autour de la lagune, désormais ex-un récif corallien. Sur cette petite île de Polynésie, le climat frais est propice à une végétation luxuriante couvrant les rochers de l’île. La route sinueuse vous conduira à travers un tour poétique et impressionnante, combinant de longues plages de sable blanc, de belles baies et diverses plantations ou café, ananas, basilic sauvage et litchis abondent autour de ces terres riches.

L’île est un mélange de beau sable blanc, de plages désertes, avec un lagon limpide, des vallées luxuriantes, une agriculture variée, des sommets majestueux et des sentiers de randonnée … Terre et mer se fondent gentiment pour offrir aux voyageurs une gamme enrichissante d’expériences. Dans cet environnement vierge, seulement 2 089 habitants prennent soin de leurs traditions et organisent des matchs amicaux. La fête de Tere ou « tour de l’île » rassemble tous les villages : certains arrivant à soulever des roches volcaniques de 150 kg !

Plage - Ile de Rurutu
Plage – Ile de Rurutu

Enfin, vous ne manquerez pas le ballet aquatique des baleines qui restent très proches de la côte pour donner naissance à leurs baleineaux, attirant les amateurs de nature chaque année et de nombreux scientifiques . Les plongeurs aventureux auront également l’occasion de partager un moment très spécial avec ces géants des mers.

Sur cette île en plein coeur du Pacifique Sud, intégrée aux Australes, l’archipel le plus au Sud de la Polynésie française, la vie citadine et bruyante des sociétés occidentalisées est vite oubliée. Des falaises abruptes qui encerclent l’île : c’est un retour brutal à ses origines que chacun de nous est invité à vivre.

Il est tôt, la brume marine adoucit les contours de l’île boisée. A l’horizon, pas un mât, pas une île. Seule l’écume des vagues venant éclabousser le récif semble rythmer la journée qui démarre. Dans ce premier matin du monde, les récits légendaires de la naissance de Rurutu prennent un véritable sens. On peut aisément imaginer qu’avant l’arrivée des premiers êtres humains, cette terre devait ressembler à un véritable jardin d’Eden. À l’époque déjà, de nombreuses grottes spacieuses avaient été creusées par le temps et c’est ce petit paradis que les Oropa’a, les premiers hommes d’un peuple de Punaauia, fuyant l’île de Tahiti, découvrirent à bord de leurs deux pirogues. Ils appelèrent cette terre inconnue Eteroa, qui signifie « long panier« , car ils avaient emmené dans leurs embarcations des paniers chargés de provisions.

Quelques années plus tard, une troisième pirogue en provenance d’Amérique du Sud, avec à son bord les A’ura, baptisés ainsi en raison de leur peau rouge, accosta sur l’île. Ce peuple d’origine Inca ne parlait pas la langue du pays. Chassés de leurs terres par les navigateurs européens venus piller leur or, les A’ura gagnèrent la souveraineté de Rurutu à force de combats et seraient donc les ancêtres des grandes familles de l’île dont les noms se terminent par ŒUra.

Grotte en dentelle sur Rurutu
Grotte en dentelle sur Rurutu

Rurutu : Une île criblée de grottes

Les grottes de calcaire surplombant les falaises étaient à l’origine pour les tombes des ancêtres de l’île.

Les sites archéologiques se trouvent en abondance sur l’île de Rurutu.

Aujourd’hui encore, il est possible de visiter les nombreuses grottes qui firent office de « maisons naturelles » pour les premiers arrivants à Rurutu. La grotte Aeo est devenue célèbre suite à la visite du Président Mitterrand le 17 mai 1990. Accompagné de militaires et de journalistes, le Président de la République était invité pour une cérémonie spéciale reconstituant la vie des Rurutu dans l’ancien temps. Cette date marque l’histoire de l’île puisque c’est lors de cet événement que les Rurutu acceptèrent de se séparer de leur code de lois, et de le placer sous protectorat français. Rurutu possède de nombreuses grottes qui perdirent leur fonction d’habitat avec l’évolution des moeurs et l’arrivée des missionnaires qui œuvrèrent pour la destruction des anciens lieux de culte, les « marae ».

À Vitaria demeurent les vestiges les mieux préservés d’un immense marae. Mais ils demeurent fragiles et restent le témoin d’une civilisation anéantie par la christianisation du XVIII et XIXe siècle. Dès 1900, l’île fut annexée aux Etablissements Français de l’Océanie. L’installation des commerçants chinois marque le passage de Rurutu au XXe siècle. Mais fort heureusement, le commerce de l’île ne devint pas trop florissant et à l’aube du troisième millénaire, Rurutu peut se vanter d’avoir préservé l’authenticité de ses charmes.

Baleine et Baleineau - Photo sous-marne
Baleine et Baleineau – Photo sous-marne

Le long des 16 kms du chemin de terre qui encercle l’île, la circulation est très clairsemée. Il arrive de croiser un Rurutu, au galop sur son cheval, et se rendant au village principal de Moerai. Des enfants partagent toujours joyeusement un bout de chemin avec les visiteurs de passage, les questions fusent à tous vents, leur curiosité est sans limites, ils veulent tout savoir de ce qu’il se passe au-delà du récif de leur île, y compris en ce qui concerne les baleines ! Excepté sur les zones où le volcan plonge directement dans l’océan, le chemin se faufile sur une étroite bande littorale entre les pieds des montagnes, quelques plages et les villages situées sur le pourtour de l’île.

C’est une toute autre ambiance que l’on retrouve le dimanche matin dans l’île. À , au premier appel des cloches, presque tout le village converge vers l’église centrale. Les femmes toutes vêtues de blanc vont se recueillir dans l’enceinte du bâtiment tandis que les hommes attendent, tout en discutant à l’ombre des filau, le dernier carillon des cloches pour venir rejoindre leurs compagnes.

Chaque femme porte un chapeau d’une blancheur éclatante. Dans cette île du bout du monde s’élèvent des fenêtres laissées ouvertes, les premiers himenes qui marquent l’ouverture de l’office. Ces chants résonnent dans tout le village, aucun autre bruit ne vient briser leur lancinante mélodie et dans cette atmosphère hors du temps, comme un enfant émerveillé, on se laisse bercer par les voix envoûtantes qui émanent de l’église.

Les himene sont bien plus que des chants, ils sont une expression de l’âme et du coeur.

Et à se laisser envahir par le recueillement qui s’installe, on s’égare parfois sur quelques réflexions solitaires, selon lesquelles les Rurutu ont un trésor à la valeur inestimable. Ils ont su conserver dans leur île et dans leurs coeurs un espace de sérénité qui a jusqu’à présent su défier l’invasion de la civilisation occidentale. À moins que vous ne lui fermiez votre âme, Rurutu ne vous laissera pas inchangé quand vous prendrez l’avion pour rejoindre votre quotidien car cette île a un don : elle saura vous montrer que le sentiment de plénitude que nous recherchons tous dans les futilités de la vie, réside dans l’authenticité des choses et dans leur plus simple expression.

Carte de Rurutu
Carte de Rurutu
Le bonheur est à portée de main de chacun de nous si l’on veut bien vivre chaque seconde qui passe comme un cadeau de la vie : c’est la leçon de vie de Rurutu.

Image - Cartes - Photos : tubuai photos -

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *