Agadir ville touristique du Maroc

Agadir

La reconstruction de Agadir s’est déroulée en 4 ans avec + de 80 % qui a été raisonnée et conçue dans son ensemble en évitant les particularismes désordonnés. L’ensemble de cette belle ville du Maroc est équilibré et harmonieux avec quelques monuments personnalisés par un architecte désigné. Distribution : centre ville et en avancée le quartier balnéaire groupant hôtels et magasins. Vaste port, quais, conserveries, halle aux poissons. Sortie N.O., anc. Kasba et au S. la nouvelle Médina (créée de toutes pièces).

Photo panoramique de Agadir
Photo panoramique de Agadir

Tourisme à Agadir

A voir absolument en voyage à Agadir :

Monuments religieux

Mosquée Mohammed V, avenue des Forces Armées Royales : haut minaret étroit à lanternon. Mosquée traditionnelle du Haut-Atlas, reconstituée ds le Musée municipal (piliers en thuya). Synagogue contre le jardin Ibn Zaïdoun.

Monuments civils.

Certains bâtiments publics de la ville nouvelle dont l’hôtel de ville et la Poste centrale (François Zevaco), collectif du Tribunal (Élie Azagury). La Caserne des pompiers, architecture en arc de cercle et tour d’entraînement. Anc. Kasba perchée N.O., seules les murailles ont été relevées. Au-dessus, l’anc. talborj, emplacement de l’anc. médina, nivelé de même (aire verdoyante). Théâtre de plein air, inspiré de l’antiquité (demi-cercle de gradins en conque).

La Médina d’Agadir créée en périphérie par l’architecte italien Coco Polizzi : tous les styles régionaux représentés sur 4 ha d’une médina traditionnelle, réalisme et perfectionnisme. Artisans par corps de métier, cafés, échoppes, ruelles ; entourée d’une enceinte en pisé. Vallée des Oiseaux, place Mohammed VI : zoo entre 2 rues, riche surtout en oiseaux exotiques ; mouflons. Plusieurs hammans, dont l’un réservé aux femmes (Talborj).

Les musées à Agadir

Musée municipal du Patrimoine Amazighe (annexe du théâtre). Collections XIX°/XX° s. du professeur néerlandais Bert Flint (ethnographie berbère sédentaire), présentées en 7 salles : objets professionnels et ménagers, bijoux, poteries, mobilier lourd (portes décorées et sculptées, mosquée reconstituée).

Autres salles consacrées aux Touaregs, le musée du Séisme de 1960, dans le Jardin du Portugal.

Sites touristiques et lieux d’intérêt à Agadir

Jardins publics urbains : Jardin Tenzaïdoun et Jardin du Portugal.

Les environs d’Agadir

Taroudant (E.) : histoire ancienne et tumultueuse. Petit état indépendant du Pays de Sous au XI° s., soumis par les Almoravides (1056). Retrouve son indépendance sous les Almonhades, détruit par les Mérinides. Déb. XVI° s. la ville lutte contre les Portugais et devient la capitale de Mohammed ech-Chakh, fondateur de la dynastie saadienne. Prospérité jusqu’à 1687 où Moulay Ismaïl prend la ville et massacre la population. Le déclin du port d’Agadir entraîne le sien. Protectorat français de 1912 et soulèvement d’El Hiba (échec).

Aujourd’hui Taroudant, base touristique et de randonnées dans l’Atlas n’a plus de vie agitée, sf ds ses souks, dits « la petite Marrakech ».

Monuments : majesté des remparts : quadrilatère de 8 km de tour entièrement clos de hts remparts en terre crue, renforcés de 80 tours-bastions carrés, engagées ; le tout ocre rouge, façades aveugles, créneaux francs ; construction déb. XVIII° s., accès par 5 portes à l’échelle des remparts (dont Bab-el-Kaïba à l’E.). Kasba intégrée ds l’angle N., porte Bab-el-Jedid. Autres portes : Bab Zorgane, Bab-Targhount, Bab Oulad Bounouna, Bab-el-Khémis. La Médina et les souks (S.) : quartier semé de jardins (rare), maisons en pisé, mosquées et minaret ; souks berbère, arabe, des tanneurs, fondouk des tailleurs de pierre.

L’extra-muros est constitué presque partout de jardins et vergers. Hôtel célèbre : la Gazelle d’Or, résidence construite ds les années 1950, au cur d’une orangerie de 100 ha ; clientèle internationale et jet set ; établissement sans autre au Maroc.

maroc

Histoire de la ville d’Agadir

Ap. J.-C.déb. XVI° s. grenier collectif fortifié, Agadi-Ighir, construction fréquente dans le S. où les habitants abritaient leurs grains et provisions dans des cellules individuelles. À côté, pêcherie d’un navigateur portugais Santa Cruz do Cabo de Aguer. 1513 le roi du Portugal Manuel Ier rachète le petit port, l’agrandit et le fortifie. Développement commercial. 1540 guerre sainte déclenchée par les tribus berbères contre les intrus, relayées par Mohammed-ech-Cheikh (dynastie saadienne naissante).

Reddition portugaise ap. 6 mois de siège ; les Portugais se retirent ensuite de leurs comptoirs atlantiques (Safi, Azemmour). V. 1560 les Saadiens renforcent Agadir d’une Kasba : 1er port de commerce (monopole du sucre). XVIII° s. déclin d’Agadir avec l’abandon de la canne à sucre (concurrencée par le Nouveau Monde). 1760 création d’Essaouira qui devient le 1er port atlantique. 1911 (1er juill.) le « Coup d’Agadir » : Guillaume II, empereur d’Allemagne, envoie un navire de guerre (La Panther) devant Agadir « pour protéger les intérêts allemands » ; la France en pleine négociation du Protectorat (signé en 1912) cède au bluff de l’Allemagne qui se retire contre une partie du Congo. 1930 étape de l’Aéropostale Toulouse-Amérique du Sud. 1960 (29 fév.) violent séisme, Agadir pratiquement anéanti : 15 000 morts.

Reconstruction rapide. Aujourd’hui Agadir, traitée en béton intelligent, a décuplé dep. 1960 : 2ème port sardinier et 4ème port de commerce, mais surtout capitale du tourisme balnéaire (20 000 lits) et laboratoire de projets de haut niveau.

Image - Cartes - Photos : Maroc ville - ville maroc touristique - agadir centre ville - photo centre ville agadir - maroc ville touristique - les villes congolais - le congo ville - photo he maroc -
Promo FRAM Voyages'