voyage-a-gagner
Carte des îles sous le vent
Carte des îles sous le vent

Les îles sous le vent

La Polynésie française est divisée en 5 archipels dont les volcaniques îles de la Société, composées des îles sous le vent à l’Ouest, des îles du vent à l’Est avec l’île bien connue de Tahiti.

Voyage au coeur de l’archipel des îles sous le vent

La Polynésie française représente une collection de 118 îles couvrant une vaste zone du sud-est de l’Océan Pacifique et d’une taille équivalente à celle de l’Europe. Ces îles polynésiennes composent 5 archipels majeurs :

  • Archipel des îles Australes coralliennes avec Tubuai, Raivavae, Rimatara, Rapa …
  • Archipel des Marquises avec Ua Pou, Fatu Hiva, Ua Uka …
  • Archipel des Gambier avec Mangareva, Mururoa …
  • Archipel de la Société avec les îles sous le vent, Bora Bora, Tahiti, Tupai, îles du vent..
  • Archipel des Tuamotu

Les îles de la Société représente un ensemble de quatorze îles situé entre 150 et 180 de latitude sud, 1480 et 1540 de longitude ouest. L’archipel  de la Société s’étire sur près de 750 kilomètres en direction O-NO est le principal groupe d’îles hautes de la Polynésie française, mais il compte aussi cinq atolls. Il tire son nom actuel de celui qui fut donné par James Cook en 1769 au seul groupe occidental des îles Sous-le-Vent, en raison de leur contiguïté.

L’extension de la dénomination à l’ensemble des îles Sous-le-Vent et des îles du Vent paraît s’être établie lentement dans le premier quart du XIXe siècle, à l’issue d’une période de confusion au cours de laquelle les Britanniques, et en particulier leurs missionnaires, semblent avoir continué à donner aux îles du Vent le nom d’îles Georgiennes qu’avait proposé Wallis (1767). L’usage de la dénomination « îles du Vent » et des « îles Sous-le-Vent » devait se fixer par la suite.

Le groupe oriental est celui des îles du Vent. Il comprend, outre Tahiti, Moorea, Maiao, Mehetia et Tetiaroa.

Les îles Sous-le-Vent, au nombre de neuf, sont d’est en ouest : Huahine, Raiatea, Taha’a, Bora Bora, Tupai, Maupiti, Maupihaa, Motu One et Manuae.

Les Îles Sous le vent, comme toutes les îles de Polynésie offrent aux plongeurs l’opportunité de découvrir un monde sous marin riche d’une faune et d’une flore abondantes. Ainsi, les amateurs pourront ils s’émerveiller à la découverte du corail polynésien. Souvent pris à tort pour un végétal, le corail est un animal constructeur de récif. Il est constitué de polypes et d’anémones de mer et se décline sous de nombreuses formes dans plusieurs variétés de couleurs qui vont du rouge au noir, en passant par le bleu

Iles sous le vent - Tahaa
Iles sous le vent – Tahaa

Les principales îles Sous-le-Vent

Au sein de l’archipel de la Société, on distingue deux groupes d’îles, les Îles du Vent à l’Est et les Îles Sous le Vent à l’Ouest. Ces dernières comprennent Huahine, Raiatea, Tahaa, Bora Bora et sa petite sœur Maupiti, ainsi que quelques atolls plus éloignés.

La subdivision administrative des îles Sous-le-Vent, dont le chef-lieu est à Uturoa, dans l’île de Raiatea, compte sept communes et 26 communes associées. Le groupe s’étire entre 15045 et 16050 S, 1510 et 154040 O, sur 400 km, de moins de 200 à près de 600 km de Tahiti vers l’ouest – nord-ouest. L’atoll de Tupai relève de la commune de Bora Bora. L’atoll occidental de Maupihaa a été rattaché à la commune de Maupiti en 1979. Les deux autres atolls, Manuae et Motu One, dépendent directement de l’administration territoriale.

Les îles Sous-le-Vent représentent près de 400 km2 de terres émergées. Raiatea et Taha’a comptent pour près des deux tiers dans ce total. La population du groupe est passée de 13,2% de celle du Territoire en 1971 à moins de 12% en 1988. L’attraction croissante exercée par Tahiti et son foyer urbain compte sans doute pour beaucoup dans cette évolution. Aujourd’hui, elle totalise 30 714 habitants sur les 276 831 que compte la Polynésie française (2013).

Ile de huahine
Ile de huahine

Ile de Huahine

Baptisée l’île sauvage, Huahine a su garder son authenticité. Il fait bon visiter cette île tranquille qui repose à quelques 170 km de Tahiti. On y trouve de nombreux sites de plongée, des plages de sable blanc vierges de touristes et de nombreux marae, vestiges culturels des rites anciens. Pour vous permettre de vous rendre sur la délicieuse Huahine, Air Tahiti propose des vols quotidiens au départ de Tahiti, Moorea, Raiatea et Bora Bora.

À 175 kilomètres de Papeete, Huahine est la plus proche des îles Sous-le-Vent et la troisième du groupe par sa superficie (75 km2) ; mais elle est devenue la seconde par sa population dès le début des années 80. Cet avantage s’est confirmé lors du dernier recensement (6000 hab), attestant sa vitalité. La commune compte huit communes associées.

Édifice volcanique de 16 km sur 13 dans ses plus grandes dimensions, divisé en deux par le volcanotectonisme, cette île pittoresque présente nombre de traits communs avec ses voisines : hardiesse des mornes, baies calmes et profondes. Elle y ajoute l’originalité d’une ceinture de grands motu développés sur la barrière récifale à l’est, et qui finissent au nord par être réunis au massif volcanique. Celui-ci culmine dans sa partie nord (Huahine Nui) au Mont Turi (669 m). Le Pohuerahi (462 m) est le sommet le plus élevé de la partie sud (Huahine Iti). Un petit cône tardif de 198 m sert de pont entre ces deux éléments, obstruant presque complètement la partie centrale du bars de mer qui les sépare et délimitant la profonde Baie Maroe à l’est et le Port Bourayne à l’ouest.

La ceinture récifale presque continue isole un lagon étroit et encombré, accessible par deux passes principales à l’ouest et deux à l’est. Elle protège une côte de submersion à multiples baies.

L’agriculture traditionnelle de subsistance reste assez vivace dans l’île et les grands motu côtiers sont le support de cultures maraîchères très spécialisées destinées au marché urbain de Tahiti.

Les nombreux vestiges archéologiques mis à jour et restaurés ajoutent à l’intérêt touristique de l’ île de Huahine, mais celui-ci ne s’est pas encore matérialisé par des infrastructures trop voyantes.

ile de Raiatea
ile de Raiatea

Raiatea et Taha’a

Un récif-barrière unique réunit, à moins de 40 km à l’ouest de Huahine, les îles de Raiatea et Taha’a en un ensemble de plus de 40 km de long et 18 de largeur maxima. Leurs terres émergées (171 km2 pour Raiatea, 90 km2 pour Taha’a) représentent près des deux tiers de celles des îles Sous-le-Vent. La submersion accentuée de l’édifice volcanique composite qui leur a donné naissance est responsable de la séparation des deux îles par 5 km de lagon à l’intérieur du même ensemble récifo-lagonaire, et des baies profondes qui accidentent leurs côtes au débouché de grandes vallées transversales, entre les promontoires d’interfluves souvent étroits et déboisés.

On appelle Raiatea l’île sacrée car c’est elle qui a le plus compté dans l’histoire de la Polynésie. On dit que c’est de Raiatea que les splendides doubles pirogues sont parties à la conquête de la Nouvelle Zélande, d’Hawaï ou encore des Îles Cook. Raiatea est une île tranquille à l’histoire riche, émaillée de multiples légendes. Pour visiter cette île sacrée, Air Tahiti propose des vols quotidiens au départ de Tahiti et Huahine, mais également de nombreux vols inter îles au départ de Maupiti et Moorea

Raiatea, qui possède trois communes et sept communes associées, est la plus vaste et la plus peuplée des îles Sous-le-Vent. La partie nord de l’île culmine à plus de 1 000 m (1 017 m au Mont Tefatua) dans l’axe montagneux assez continu du Temehani. Au-delà d’un abaissement d’axe, le relief reprend de la vigueur dans le sud-est (824 m au Mont Oropiro). Raiatea est rurale, agricole, et comme toutes les îles hautes de la Société, les hommes s’y concentrent dans un étroit liseré côtier et cultivent les fonds de vallées. Mais l’île possède avec Uturoa, chef-lieu de la Subdivision, le second centre urbain du Territoire.

La petite ville concentre, dans un site tout aussi défavorable que celui de Papeete, un ensemble de fonctions administratives, commerciales, de relations et de services qui en font, à son échelle, une manière de capitale régionale.

Au nord de Raiatea, Taha’a n’atteint pas 600 m d’altitude (Ohiri, 590 m) quoique ses crêtes dépassent souvent 400 et 500 m. Son lagon n’est accessible que par deux passes alors que huit ouvertures praticables permettent d’entrer dans celui de Raiatea. Le relatif isolement de cette île paraît contribuer à sa désaffection. Malgré ses huit sections de communes, sa population était seulement de 4 869 habitants en 2002.

Tahaa est dite « île vanille » car c’est bien le parfum enivrant et léger que vous sentirez en abordant les côtes de cette île qui se trouve à 3 km de Raiatea dont elle partage le lagon. Les plantations de vanille parsèment Tahaa, île au charme traditionnel qui a su rester très sauvage.

Bora Bora hotels
Bora Bora hotels

Bora Bora

Par contraste, le prestige et la densité relative du peuplement de cette petite île de Bora-Bora (moins de 30 km2, 9638 hab en 2008), située à 22 km au nord-ouest de Taha’a, tient sans doute autant à la beauté de son lagon, ceinturé de vastes motu dont la calme horizontalité contraste avec la vigueur sauvage du relief volcanique central, qu’à l’histoire d’une réputation forgée par quelques voyageurs célèbres et par la présence, pendant la dernière guerre, d’une base américaine qui devait initier la Polynésie au dollar et à l’avion.

Bora Bora est considérée à juste titre comme l’archétype des îles volcaniques tropicales arrivées à un stade d’évolution tel que le développement d’une grande couronne récifale à motu équilibre les restes de la construction postiche en partie ruinée par l’érosion et engloutie par la submersion.

Le noyau volcanique est ici dominé par les mornes altiers de l’Otemanu (727 m) et du Pahia (661 m). Le vaste lagon est accessible, à l’ouest et au nord, aux grands navires entrés par la passe Te Avanui, située sous le vent. Grâce au tourisme, qui y est devenu une activité vigoureuse, Bora Bora attire les hommes et les retient dans l’espace régional des îles Sous-le-Vent (2 196 habitants en 1971, 4 225 en 1988, 5 835 en 1996 , 7 306 en 2002 et 8927 en 2007).

Maupiti
Maupiti

Maupiti et les atolls

A 40 km de Bora Bora, se dresse Maupiti, rocher vert baigné par un lagon aussi splendide que celui de sa grande sœur Bora Bora. C’est une île minuscule et paisible : une petite merveille de 10 km de tour possédant deux motus de sable blanc et une majestueuse montagne en son milieu. On peut se rendre à Maupiti par les vols Air Tahiti au départ de Tahiti et de Raiatea

Maupiti, la plus éloignée, vers l’ouest, des îles volcaniques du groupe, n’a pas 12 km2 de terre émergées. Elles sont réparties entre un petit noyau central culminant à 380 m et les motu du poutour de son vaste lagon ouvert par deux passes, plus larges et plus continues dans la moitié nord. L’île comptait 1 192 habitants en 2002 et s’est ouverte au tourisme. À 22 kilomètres au nord de Bora Bora, l’atoll de Tupai est presqu’aussi étendu que Maupiti. Son lagon est ouvert à l’est et ses motu presque continus portent une belle cocoteraie entretenue par des travailleurs occasionnels.

Les trois autres atolls du groupe s’égrènent entre 175 et 200 km de Maupiti vers l’ouest. Maupihaa (3,6 km2) et Manuae (4 km2) furent découverts par Wallis (1767). Motu One (2,8 km2), aperçu par Kotzebue en 1824, fut longtemps désigné du nom de Bellinghausen que lui donna l’explorateur russe. Aucune de ces terres ne porte de population permanente, mais elles reçoivent des résidents temporaires pour l’entretien de leur cocoteraie.

Image - Cartes - Photos : îles sous le vent -

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.