Tsunami

Tsunami

Vagues géantes, le tsunami résulte d’un tremblement de terre ou d’une éruption volcanique sous la mer ou dans les profondeurs de l’océan. Il est fait d’une succession de vagues de grande amplitude créées par l’onde de choc d’un séisme sous-marin.

Les tsunamis sont en réalité des vagues d’une hauteur spectaculaire dont la vitesse dépend de la profondeurs des mers desquelles ils surgissent : elles ralentissent seulement lorsqu’elles atteignent les eaux peu profondes.

formation-tsunami
formation-tsunami

Qu’est qu’un Tsunami ?

Le mot « tsunami » est un terme japonais qui signifie littéralement « vague de port ». Les tsunamis se distinguent des raz de marée en ce que ceux-ci peuvent aussi être créés par le vent.

Un tsunami prend généralement naissance lorsqu’un tremblement de terre sous-marin déforme ou déplace un compartiment du plancher océanique. Cette secousse sous-marine entraîne le déplacement de la couche d’eau située au-dessus de la zone sismique : il se crée ainsi des vagues de longueur d’onde (distance entre deux crêtes) relativement longue (environ 100 km), de très faible hauteur (quelques dizaines de centimètres à peine) mais d’une très grande vitesse de propagation (jusqu’à près de 800 km/h, soit la vitesse d’un avion de ligne).

D’ailleurs, leur vitesse de propagation est d’autant plus élevée que leur longueur d’onde est grande et la couche d’eau épaisse. C’est pourquoi, en arrivant dans les eaux côtières peu profondes, les vagues ralentissent, se contractent et prennent rapidement de la hauteur (selon la loi de conservation de l’énergie). Au moment où les vagues atteignent le littoral, c’est un mur d’eau pouvant mesurer plusieurs dizaines de mètres de hauteur qui déferle et dévaste tout sur son passage. En l’absence d’obstacles, le tsunami peut s’enfoncer à l’intérieur des terres sur plusieurs kilomètres. En général, la première vague n’est pas la plus forte ; les suivantes peuvent survenir plusieurs minutes, voire une heure plus tard.

Par ailleurs, une éruption volcanique sous-marine (voir volcanisme), un glissement des fonds marins ou encore un impact de météorite peuvent également être à l’origine de tsunamis.

Le Tsunami
Le Tsunami

À l’instar des tremblements de terre, il est impossible de prévoir les tsunamis. Toutefois, un réseau international de surveillance des tsunamis (International Tsunami Information Center) a été mis en place en 1965 sous l’égide de l’Unesco dans le but d’informer et d’alerter les populations en cas de danger. Le premier centre de mesure et d’alerte des tsunamis, le Pacific Tsunami Warning Center (PTWC), a été créé en 1949 à Ewa Beach (Hawaii). En effet, l’archipel d’Hawaii est l’une des régions du globe les plus touchées par les tsunamis, du fait de sa situation géographique au centre de la « ceinture de feu » du Pacifique.

Les systèmes d’alerte de tsunamis sont principalement fondés sur l’analyse des ondes sismiques qui précèdent les tsunamis (à l’aide de sismographes) et sur l’observation des hauteurs d’eau (à l’aide de marégraphes) ; l’un des rares signes avant-coureurs d’un tsunami est le retrait rapide et soudain de la mer. Comme les ondes sismiques se propagent beaucoup plus vite que les ondes hydrauliques, la détection rapide des premières permet de localiser le séisme, d’estimer sa magnitude et ainsi de prévoir l’éventuelle formation d’un tsunami.

Cependant, en dépit de la puissance des ordinateurs qui modélisent toutes les données recueillies par les différents capteurs, l’alerte intervient parfois trop tard. En particulier, dans les régions de bas reliefs et dans les zones proches de l’épicentre du séisme à l’origine du tsunami, les populations ne peuvent échapper aux vagues gigantesques qui atteignent le littoral et pénètrent profondément dans les terres.

Par ailleurs, une autre mesure de prévention consiste à protéger les rivages par la plantation d’arbres et par la construction de digues. Le Japon, qui a subi plus de 150 tsunamis durant le dernier siècle, est l’un des pays modèles en matière de prévention de tsunamis.

Vague d'un tsunami
Vague d’un tsunami

Formation d’un Tsunami

Un tsunami a généralement pour origine un tremblement de terre sous-marin. Mais il peut également être engendré par une éruption volcanique sous-marine, un glissement de terrain ou, de manière plus exceptionnelle, un impact de météorite. Par exemple, le 26 décembre 2004, un tremblement de terre sous-marin de magnitude 9 sur l’échelle de Richter est à l’origine de l’un des tsunamis les plus meurtriers de l’histoire (environ 300 000 victimes).

Cette année là c’est un tsunami d’une rare violence qui submerge le sud de l’Asie. L’énergie phénoménale des vagues du tsunami, provoquées par un séisme sous-marin de magnitude 9 sur l’échelle de Richter, entraîne la destruction de nombreuses habitations du littoral, comme sur l’île Phi Phi, en Thaïlande.

Les tsunamis se forment au large des côtes, généralement à la suite d’un séisme sous-marin. Selon l’intensité (ou magnitude) des secousses, les vagues créées se déplacent avec plus ou moins d’énergie. Leur vitesse de propagation est d’autant plus élevée que leur longueur d’onde (distance entre deux crêtes) est grande et la couche d’eau épaisse.

C’est pourquoi, en arrivant dans les eaux côtières peu profondes, les vagues ralentissent, se contractent et prennent rapidement de la hauteur (selon la loi de conservation de l’énergie). Lorsqu’elles atteignent le littoral, les vagues peuvent mesurer plusieurs dizaines de mètres de hauteur. En l’absence d’obstacles (végétation, habitations, digues), le tsunami peut s’enfoncer à l’intérieur des terres sur plusieurs kilomètres.

Pratiquement imperceptibles au large des côtes, les tsunamis donnent toute leur puissance en arrivant sur le littoral. Situés dans le haut du tableau des risques naturels, ils contribuent en bonne part à allonger la longue liste des catastrophes naturelles.

Image - Cartes - Photos : tsunami - le tsunami - tsunami 2004 - image vrai du tsunami de decembre 2004 -