Les cathédrales

Cathédrale de Milan

Edifices religieux, les cathédrales représentent d’imposants monuments, à la fois par leurs dimensions, par la beauté de leur architecture et par leur décoration. Elles s’élèvent dans les villes où réside un évêque. Il en existe donc une pour chaque diocèse, c’est-à-dire pour chaque région placée sous la responsabilité d’un évêque.

Architecture d’une cathédrale

L’entrée d’une cathédrale est toujours tournée vers l’ouest tandis que le chevet, à l’autre extrémité, fait face à l’est. La façade se tient donc du côté ouest. Dans certaines cathédrales, le haut de la façade comprend des ensembles de statues, des pinacles (tourelles gracieuses et pointues protégeant des sculptures) ou une grande verrière de forme ronde, appelée la rosace. Parfois précédée d’un porche, la façade est généralement percée de trois grandes portes (parfois cinq), les portails ; celui du centre est de taille supérieure aux autres.

Les portails sont encadrés de piliers (appelés des piédroits), qui peuvent avoir des formes variées : soit un ensemble de colonnettes de forme cylindrique, soit un ensemble de colonnes sculptées représentant des personnages (des statues-colonnes). Des arcs, parfois ornés de sculptures, surmontent la porte ; ce sont les voussures.

La porte est souvent divisée verticalement en son centre par un élément de pierre, appelé le trumeau. Elle est surmontée d’un autre élément, horizontal : le linteau. Le tympan, couramment sculpté lui aussi, se trouve dans l’espace délimité par le linteau et l’arc des voussures. Dans les cathédrales romanes, le tympan est décoré d’un Christ en majesté.

La nef

Les cathédrales ont généralement un plan en forme de croix. En entrant à l’intérieur, le visiteur se trouve dans une longue allée, appelée la nef. La nef est bordée de deux rangées de piliers qui soutiennent la voûte (le plafond). Ainsi, la nef de la cathédrale d’Amiens ; elle est entourée de 126 piliers et s’élève à plus de 42 mètres de hauteur
.
Il existe plusieurs types de voûtes, souvent très hautes : voûte en berceau, voûte d’arête, voûte sur croisée d’ogives, etc. Certaines cathédrales disposent dans leur nef d’une galerie haute, le triforium.

Sur les côtés de la nef principale se trouvent des nefs plus petites, appelées nefs latérales, bas-côtés ou collatéraux. Au cours de sa progression dans ces nefs latérales, le visiteur rencontre des chapelles, dédiées à des saints.

Une allée perpendiculaire coupe la nef : c’est le transept. Celui-ci peut être plus ou moins saillant, c’est à dire que ses bras (c’est ainsi que l’on appelle les allées qui le forment) peuvent être plus ou moins longs.

Le coeur d’une cathédrale

Au fond de la cathédrale se trouve le chœur, où s’élève l’autel ; c’est depuis l’autel qu’est dite la messe. Derrière l’autel, on trouve souvent des sièges de bois munis de hauts dossiers qui portent le nom de stalles. Dans certaines cathédrales gothiques, un mur en pierres sculptées (le jubé) sépare le chœur et la nef ; il permettait à l’époque médiévale d’isoler la communauté des religieux de celle des fidèles. Lorsqu’il est vu de l’extérieur, le chœur s’appelle le chevet de la cathédrale.

Sous certains chœurs de cathédrale, une chapelle souterraine a été creusée. C’est la crypte, qui abrite des tombeaux de saints, de princes, voire de rois. Vous pourrez ainsi voir les sarcophages de la crypte de l’ancienne abbaye de Jouarre si vous passez vos vacances en Seine-et-Marne).

Les cathédrales gothiques ont des murs très hauts, qui sont percés de nombreuses fenêtres. Ces grandes verrières (dont les vitraux sont dotés de couleurs vives et variées lorsqu’ils datent du Moyen Âge) occupent parfois quasiment tout l’espace. Elles créent des jeux de lumière qui mettent en valeur la beauté de la cathédrale et accentuent son caractère sacré. À Paris par exemple, la Sainte-Chapelle du Palais est formée d’immenses verrières décorées de vitraux. Grâce au jeu des lumières, elle ressemble à une véritable cage de verre multicolore.

Ou encore, la rosace est un grand vitrail en forme de rose, dont les motifs et les éléments floraux rayonnent autour d’un bouton central. Cette rosace, qui décore le transept de la cathédrale Notre-Dame de Paris, mesure 13 mètres de diamètre.

Pour réaliser ces vitraux, les artisans du Moyen Âge se sont inspirés en particulier des histoires bibliques et des épisodes de la Passion du Christ. Les vitaux forment souvent de véritables tableaux de verre. Les vitraux des cathédrales sont parfois de véritables bandes dessinées du Moyen Âge. Les histoires qu’ils illustrent, inspirées de la Bible, se « lisent » en effet vignette après vignette. Par exemple, ce détail d’un vitrail de la cathédrale de Strasbourg (dans le Bas-Rhin) montre le Satan punissant Job en le frappant de la lèpre.

La principale caractéristique de l’architecture gothique, qui s’est développée entre le milieu du xiie et le début du xvie siècle, est l’arc en ogive. Il est utilisé pour la voûte et pour chacune des ouvertures (portes et fenêtres). Cette innovation technique permet de bâtir des cathédrales beaucoup plus hautes qu’à la période romane. En effet, la principale caractéristique de l’architecture gothique, qui s’est développée entre le milieu du xiie et le début du xvie siècle, est l’arc en ogive. Il est utilisé pour la voûte et pour chacune des ouvertures (portes et fenêtres). Cette innovation technique permet de bâtir des cathédrales beaucoup plus hautes qu’à la période romane.

Promo FRAM Voyages'