photo - urbain affiche dechiree
équateur
équateur

Volcan en Equateur

Avenue des Volcans, l’Equateur fut ainsi nommé par l’explorateur allemand Alexander von Humboldt au début du XIXe siècle. Une image parfaite pour désigner la nef des hauts plateaux andins de la sierra équatorienne qui, à plus de 2 500 m d’altitude, court sur plus de 400 km long et 60 de large.

Equateur – Volcan en éruption – Photo

Voyage au coeur des volcans d’Equateur

L’Equateur est à la fois le nom d’un Pays et plus grand parallèle de la Terre, ligne imaginaire dont le tracé passe dans le nord du pays. Le pays possède des frontières communes avec la Colombie, l’Océan Pacifique et le Pérou.

Les volcans en Equateur est sillon suspendu entre ciel et terre est encadré par deux cordillères sur laquelle veille une escouade de pics volcaniques.

Ces cerbères, actifs ou éteints, forment une toile de fond omniprésente en Équateur. Jugez sur pièces : dix volcans équatoriens dépassent la barre des 5 000 m ! Au-dessus de tous, se détache le Chimborazo (6 310 m), le roi des volcans, aujourd’hui éteint, centre névralgique du pays, qui règne sur une vaste étendue. Ses flancs sont cultivés jusqu’à 3 500 m. L’autre grand seigneur de la géographie équatorienne est le Cotopaxi, qui culmine à 5 897 m.

Volcan Cotopaxi
Volcan Cotopaxi

La vue de ce cône parfait, aujourd’hui apaisé (l’activité éruptive se limite à quelques fumerolles), coiffé de neiges éternelles, procure une sensation inoubliable. On l’appelle d’ailleurs le Fuji-Yama des Andes. Il trône au centre d’un parc national parcouru de multiples sentiers de randonnée

Au fait, inaccessibles, ces volcans ? Pas vraiment. A condition de prendre le temps de s’acclimater à l’altitude, les marcheurs entraînés peuvent gravir les pentes de la plupart d’entre eux, dont le Chimbo et le Cotopaxi. Plusieurs agences locales se chargent d’organiser ces ascensions, sous la conduite de guides agréés (comptez un jour de marche depuis les refuges). Il est également possible d’approcher des volcans actifs, tels le Sangay (5 230 m) ou le Reventador (3 485 m), accompagnés par des guides spécialisés.

Quant au Pichincha (4 794 m), il domine de sa masse puissante Quito, la capitale. C’est l’un des plus violents du pays – il a fait parler de lui en 1999. On peut s’en approcher, avec beaucoup de précautions. A bon entendeur…

Mais le tourisme en Equateur passe également par ses grandes villes en commençant par, Quito, la capitale de l’équateur se trouve dans une vallée andine, à 2 850 m d’altitude et à 22 km au sud de l’équateur. Guayaquil, seconde ville du pays et port important, se situe sur la côte sud, tout près de la frontière péruvienne.

Le pays peut se diviser en quatre régions :

  • Les basses terres côtières à l’ouest
  • Les hauts plateaux andins au centre
  • Les jungles du bassin amazonien à l’est et les îles Galápagos, à 1 000 km du continent
  • Les plaines côtières, autrefois couvertes de forêts, sont aujourd’hui ponctuées de plantations de bananiers, de palmiers et de cacaoyers et présentent peu d’intérêt touristique.

Seules quelques poches préservées, comme la réserve de Maquipucuna, évoquent les majestueuses forêts du passé. Les hauts plateaux andins, véritable épine dorsale du pays, se composent de deux chaînes volcaniques, séparées par une vallée centrale où vit la majeure partie de la population. C’est là que se dresse le Chimborazo (6 310 m), le point culminant du pays. A l’est des Andes, les basses terres amazoniennes, appelées Oriente par les Équatoriens, se couvrent d’un lacis quasi impénétrable de forêts tropicales. L’Amazone ne coule pas en Équateur, mais tous les fleuves qui prennent leur source à l’est des Andes l’alimentent.

Equateur - Relief et carte géographique
Equateur – Relief et carte géographique

Enfin, les îles Galápagos, mondialement connues, constituent le premier parc national du pays, renommé pour sa faune unique et peu farouche.

Image - Cartes - Photos : fuji yama volcan -