londres
londres

Ville de Londres

Située dans le sud-est de l’Angleterre, Londres se trouve au fond de l’estuaire de la Tamise. La ville est bâtie sur les deux rives du fleuve et se trouve à 60 km de la mer du Nord. Elle possède un port fluvial.Londres est la capitale du Royaume-Uni (en Europe de l’Ouest). C’est la plus grande ville du pays, mais aussi l’une des plus grandes métropoles du monde.

Visiter Londres

Le cœur de Londres, appelé la City, est le quartier des affaires, où sont édifiés de nombreux gratte-ciel qui accueillent les sièges sociaux des plus grandes entreprises. La Tour de Londres, construite à partir du xie siècle par Guillaume le Conquérant au sud-est de la City, est aujourd’hui un musée qui abrite les joyaux de la Couronne. À l’ouest, sur la rive nord de la Tamise, s’étend le quartier de Westminster. Le palais de Westminster (siège du Parlement) est dominé par la tour de l’Horloge, qui mesure 98 mètres de haut et qui porte un célèbre carillon appelé Big Ben.

Le quartier abrite aussi le palais de Buckingham, lieu de résidence de la famille royale d’Angleterre, l’abbaye de Westminster (xiiie-xve siècles) ainsi que Hyde Park, le plus grand espace vert de Londres. Dans l’est de la ville s’étend le quartier des Docks (les quais de la Tamise), totalement réhabilité à partir des années 1980.

D’une grande richesse culturelle, artistique et intellectuelle, Londres possède de nombreux théâtres, notamment le Globe Theatre, reconstruit plusieurs fois depuis sa fondation au xviie siècle, et dont William Shakespeare a été l’un des actionnaires. Le Royal Opera House de Covent Garden est l’opéra le plus renommé de la ville. Londres possède aussi de très riches musées : le British Museum (l’un des plus grands et des plus célèbres musées du monde), la National Gallery et les Tate Galleries (Tate Britain et Tate Modern).

Londres a été fondée au ier siècle après J.-C. C’est à l’origine un village appelé Llyn-Din (le « fort du lac ») par les Celtes et Londinium par les Romains. Centre commercial et administratif très important, la ville acquiert une dimension culturelle sous le règne de la dynastie Tudor, à partir du xve siècle, et notamment d’Élisabeth Ire, grande amatrice d’art et admiratrice de William Shakespeare. Au cours du xixe siècle, capitale du vaste Empire colonial britannique (qui s’étend des Indes à l’Amérique du Nord), Londres voit sa population multipliée par six. La ville se modernise (le métro est inauguré en 1863) et se développe vers la proche banlieue.

En grande partie détruite par les bombardements de l’armée allemande au début de la Seconde Guerre mondiale, Londres est reconstruite en quelques années et s’étend considérablement, devenant une mégapole moderne appelée « le Grand Londres ». C’est aujourd’hui une ville cosmopolite, tournée notamment vers l’architecture, l’art contemporain, la mode et la musique. Londres a été choisie pour accueillir les jeux Olympiques d’été de 2012

Capitale de la Grande-Bretagne, construite sur les deux rives de la Tamise, à 75 km de l’embouchure du fleuve. Son agglomération compte près de 6,4 millions d’habitants. Elle regroupe trente-deux boroughs plus la City.

La City est le coeur de la ville (2,7 km²) où sont concentrés les bureaux, la Bourse, les banques (notamment la Banque d’Angleterre), les compagnies d’assurances (comme Lloyd’s), les journaux (Fleet Street). Seules cinq mille personnes y vivent continuellement, mais sa population atteint 1 million pendant les heures de bureau. Dans le centre se trouve également la Cité de Westminster, quartier des ministères et de la plupart des centres de pouvoir : les bâtiments du Parlement (dont Big Ben), le palais et l’Abbaye de Westminster, le palais de Buckingham (résidence de la Reine), le palais de justice. La distinction entre quartier du pouvoir et quartier des marchands est une constante de l’histoire londonienne.

Près de Westminster, à l’ouest de la ville se trouvent le célèbre Hyde Park, et de nombreux musées (British Museum, Victoria and Albert Museum, la National Gallery). De l’autre côté de la Tamise, on peut voir le siège de l’archevêché de Canterbury (Lambeth Palace), la Hayward Gallery, le National Theatre. On peut également découvrir, dans l’est de la ville, la Tour de Londres, qui renferme les joyaux de la Couronne, et le Tower Bridge.

La ville abrite également l’Organisation maritime internationale (qui travaille pour l’ONU) et quelques universités prestigieuses (London School of Economics, University College, King’s College).

En dehors des musées déjà cités, Londres concentre un certain nombre d’institutions culturelles parmi les plus prestigieuses du monde : Opéras (Royal Opera House de Covent Garden et Coliseum), salles de concerts (Barbican, Royal Festival Hall, St John’s Church), théâtres (notamment la cinquantaine de salles du quartier de Chelsea), musées (musée d’Histoire naturelle, Musée géologique, musée de Londres, Tate Gallery), sans parler des salles de rock et des discothèques qui font de Londres la capitale mondiale de l’avant-garde musicale.
Difficile également de ne pas signaler les places (Piccadilly Circus, Trafalgar Square), les stades (Wimbledon, Wembley, Twickenham) et les jardins (Regent’s Park, St James’ Park, Green Park) les plus célèbres de Londres.

La structure de la ville de Londres a subi beaucoup de modifications

 

La City tend à déborder sur l’ancien quartier résidentiel de West End (notamment pour les activités de pointe) et les classes moyennes ont investi le quartier d’East End autrefois habité par des classes populaires. Celles-ci ont tendance à s’exiler en banlieue devant la flambée des loyers. Par ailleurs, le quartier des docks a été largement réformé à l’initiative du gouvernement Thatcher : les activités des docks ont été déplacées hors de Londres, et les anciens docks ont pu être remplacés par des marinas, résidences et bureaux. Par ailleurs, la zone d’influence de Londres tend à s’étendre bien au-delà des confins des quartiers résidentiels de Wimbledon, Greenwich ou Dulwich. Les campagnes du Surrey, du Kent et de l’Essex sont investis par des résidents partant chaque matin travailler à la capitale.

Plan de Londres
Plan de Londres

Histoire de Londres

Antiquité et Moyen Age

Il n’est fait mention du site qu’après la conquête romaine (au Ier siècle apr. J.-C.), sous le nom de « Londinium ». Il devient pour Rome un centre de transit et d’échange. Devenue Londres, la ville bénéficie d’une grande activité mais doit souffrir de quelques tentatives de pillage (expédition danoise du IXe siècle). Guillaume le Conquérant lui reconnaît d’importants privilèges et parvient à installer les bases de sa sécurité. Il fait construire la Tour de Londres et fortifie la City. Les libertés de la ville s’accroissent avec la Grande Charte de 1215. Mais Londres est bientôt incendiée lors d’une jacquerie paysanne (1381) alors que l’épidémie de peste réduit la population de moitié.

Aux XVIe et XVIIe siècles, Londres connaît un essor qui lui donne une dimension de métropole internationale. Se fondent un palais (Hampton Court), des écoles, une Bourse (1571) et des oeuvres (William Shakespeare, Christopher Marlowe, Ben Jonson). Mais en 1666, une fois encore, un très grave incendie détruit les quatre cinquièmes d’une cité déjà touchée par la nouvelle épidémie de peste de 1665. Toutefois la reconstruction est rapide et permet la création de larges avenues et de jardins, et ceci bien avant les autres capitales européennes. Elle permet également le développement de nouveaux quartiers. Soho, notamment, se développe avec l’arrivée d’immigrés huguenots chassés d’autres royaumes.

Le XIXe siècle

Mais la ville change définitivement de visage au XIXe siècle, sous l’effet de la révolution industrielle et de l’explosion démographique. L’urbanisation s’organise : becs de gaz (1805), omnibus (1829), premier métro (1862). L’Exposition universelle de 1851 tente de montrer au monde le visage d’une ville gagnée à la technique. La population dépasse alors 2,5 millions d’habitants et les problèmes ordinaires d’une urbanisation galopante apparaissent : misère (voir les livres de Charles Dickens), violence et donc création d’une police municipale (1829).

Le XXe siècle

Dans le même temps, Londres devient la capitale financière du monde. Mais après la Première Guerre mondiale qui lui fait perdre ce titre au profit de New York, elle subit deux grandes épreuves. Tout d’abord la crise des années 30, qui livre la moitié de la population londonnienne à la misère. Ensuite, les bombes de la bataille d’Angleterre (septembre-novembre 1940), puis celles de 1944-1945 (tirs des V-1 et des V-2 créés par Wernher von Braun). Elles tuent 10 000 personnes et détruisent quelques parties du centre, endommageant au passage quelques monuments (palais de Westminster). Elles obligent aussi à repenser l’organisation de la ville : les docks sont devenus inutilisables, les banlieues doivent se reconstruire de façon moins dense et des gratte-ciel apparaissent. Mais la ville a également changé de visage depuis la fin de l’Empire britannique (implantation de fortes communautés venant de pays du Commonwealth) et depuis la révolution douce du Swinging London des années 60, à l’opposée d’une société traditionnellement bloquée et compassée.

En mai 2000, la capitale britannique élit pour la première fois un maire, en la personne de Ken Livingstone, un candidat indépendant qui promet de révolutionner les transports de la ville (Londres dispose du métro le plus vieux du monde, puisqu’il a été inauguré en 1963).
En juillet 2005, Londres est désigné pour recevoir les Jeux olympiques de l’été 2012. Le lendemain, elle est victime d’attentats terroristes entraînant la mort de 56 personnes.

londres - tourisme
londres – tourisme

Tourisme à Londres

Ville branchée ou de traditions, chaque touriste y va de son petit commentaire. Londres, avec ses monuments magnifiques et ses quartiers incroyables, plonge petits et grands dans un univers à couper le souffle. Ici, il y en a pour tous les goûts. Dans cette ville qui vit à 100 à l’heure, de jour comme de nuit, il faudra tout voir, tout visiter. Des célèbres quartiers de Soho, Picadilly Circus en passant par Trafalgar Square et Buckingham Palace ou encore le Tate Modern, la National Gallery et le Natural History Museum, nul doute que les voyageurs y trouveront leur bonheur.

Pour un dépaysement total, il faudra se rendre dans le mythique quartier punk de Londres, appelé « Camden Town », pour y faire quelques emplettes sur l’énorme marché du coin, mais aussi pour y admirer les façades de murs extraordinaires.

A ne pas manquer lors d’un voyage touristique à Londres :

  • Big Ben, l’horloge du Parlement de Londres, est l’un des symboles de la capitale britannique, au même titre que le Tower Bridge par exemple.
  • Le château de Windsor, construit à l’ouest de Londres par Guillaume le Conquérant, fut le palais de la famille royale britannique, et est aujourd’hui sa résidence d’été.
  • Le quartier de Piccadilly Circus, situé dans le coeur de Londres, est un endroit particulièrement commerçant.
  • La Tour de Londres, sur la rive droite de la Tamise, est le plus ancien monument de la ville. Successivement résidence royale, prison et arsenal militaire, elle abrite aujourd’hui une collection d’armes ainsi que les joyaux de la Couronne.
  • Le Tower Bridge est, avec Big Ben et le Palais de Buckingham, l’un des plus célèbres monuments de Londres.

La ville de Londres est fondée au Ier siècle apr. J.-C. par les Romains. Dès le VIe siècle apr. J.-C., Londres devient le centre d’un royaume, avant d’être celui de la Grande-Bretagne. De son riche passé historique, la ville a conservé de nombreux monuments, dont certains sont classés par l’Unesco depuis 1987-1988. Il s’agit de :

La tour de Londres (classée en 1988), fondée au XIe siècle par les Normands de Guillaume le Conquérant, est le plus ancien monument de Londres. Elle se dresse à l’est du centre historique, sur la rive nord de la Tamise. Résidence ponctuelle de la famille royale, elle est transformée en prison d’Etat sous Charles II, avant de servir d’arsenal militaire en 1820. La White Tower abrite aujourd’hui une collection d’armes, alors que la Wakefiled Tower renferme les joyaux de la Couronne.

L’abbaye de Westminster (classée en 1987) est édifiée en 1050 par le roi Edouard le Confesseur à l’emplacement d’une église romane détruite par les Danois. L’église originale est remplacée en 1245 par un édifice gothique d’inspiration française. L’actuelle abbaye de Westminster sera achevée au XVIIIe siècle par Christopher Wren et ses élèves. Lieu de couronnement des rois anglais depuis Edouard le Confesseur, l’abbaye est un lieu de sépulture royale. Depuis la Réforme, certains écrivains, tel Geoffrey Chaucer, et scientifiques, comme Isaac Newton et Charles Darwin, y sont enterrés.

Le palais de Westminster, actuel Parlement britannique (1987).

L’église Sainte-Marguerite (1988).

Image - Cartes - Photos : VILLE DE LONDRE - la ville de londre - ville dangleterre - new york ville - londre ville - que faire à Londres - ville de londre à la nuit - ville de la Bretagne -