Archipel des Orcades

archipel-des-orcades

Proche du Nord de l’Écosse, l’archipel des Orcades a un statut administratif particulier. Composé d’une centaines d’îles et d’îlots, dont une vingtaine sont habités, l’archipel occupe une aire d’environ 1 000 km2 avec des reliefs peu élevés, mais quelques falaises parmi les plus hautes d’Europe. Son climat (mer et vents déchaînés) présente cependant une température adoucie par la proximité du Gulf Stream

Voyage dans l’archipel des Orcades

Av. J.-C.Âge des Métaux, v. 1500, très importante occupation humaine dont il reste de nombreux et remarquables vestiges. Ap. J.-C. Ier s. les 1ers Pictes occupèrent l’archipel pendant de nombreux siècles, laissant eux aussi d’importants témoins de leur civilisation. VI° s. chistianisation des îles. V. 800 arrivée progressive des Scandinaves (Norvégiens) qui s’implantent dans l’archipel (occupation pacifique). 1470 mariage de Jacques III d’Écosse avec Marguerite de Danemark dont le père, le roi Christian Ier de Danemark et de Norvège, ne pouvant réunir la dot de sa fille, donna les Orcades à l’Écosse en garantie de son versement. 1472 la dot de Marguerite toujours pas payée, le roi d’Écosse saisit et occupe l’archipel qui reste depuis territoire du Royaume-Uni. Jusqu’au XVIII° s. gouvernement despotique et exploitation des Orcades par les comtes écossais (Stewart).

Fin XVIII° s. exploitation du varech qui, réduit en cendres, devient de la soude, composant très demandé par les industries naissantes. Enrichissement des îles et des seigneurs. L’imprégnation scandinave est restée très vive, notamment avec les noms propres, mais aussi les traditions et coutumes. 1999 le cur néolithique des Orcades est Inscrit au Patrimoine Mondial de l’Unesco. Aujourd’hui la prospérité de l’archipel est due à l’élevage (riches pâturages des terres basses), à l’aquaculture, au développement du tourisme et à l’industrie (naissante mais prometteuse) du pétrole ; il est affiné dans la célèbre rade de Scapa Flow (Mainland) qui devint au cours des 2 Guerres mondiales l’une des principales bases navales du Royaume-Uni.

Principales villes, sites historiques et naturels dans les Orcades

Mainland (Pomona), la + importante des Orcades avec sa capitale Kirkwall et Stromness, port de pêche et d’escale (seules villes de l’Archipel).

Kirkwall, capitale de l’Île (et de l’Archipel) à la jonction des 2 parties de l’Île, orientale et occidentale. Cathédrale St Magnus construite en 15 ans (1137/52) par le comte Rognwald : style à dominante romane, inspiration gothique ; façade sobre avec tour et clocher ; agrandissement de la nef XVI°/XV° s. À l’intérieur, haute nef de 7 travées avec triforium ; sculpture et décor réduits, tribune d’orgues à piliers-reliquaires carrés. Tour XVI° s., proche de la cathédrale, vestige de l’anc. Évêché XII°/XVIII° s. Earl’s Palace (très endommagé) début XVII° s. Renaissance finale par le comte Patrick Stewart : fenêtres à encorbellements et oriels sculptés ; intérieur somptueux ( (escalier) ; rez-de-chaussée voûté, actuel Musée préhistorique et monumental des Orcades. Maisons et hôtels particuliers Renaissance, rues et cours pavées, rue principale piétonne.

The Orkney Museum, dans demeure Renaissance : inventaire des sites préhistoriques de l’Île, ethnographie. Stromness, le 1er port de pêche des Orcades et accès aux ferries. Importance depuis le XVIII° s. avec le trafic canadien de la Baie d’Hudsosn et la pêche à la baleine. Museum historique des Orcades : la pêche, le sabordage de la flotte allemande à Scapa Flow, la nature. Pier Gallery : art abstrait et collection de la période de St Ives. Autres sites.

Site néolithique de Skara Brae, dégagé des sables qui le protégeaient. Village à peu près intact reconstitué 3000/2500 av. J.-C. : révélation de leurs cultures et élevage ; outillage, céramique, rites funéraires, habitat reliés par passages couverts, mobilier pierre et argile. Maes Howe, tombe collective v. 2700 av. J.-C. (carbone 14), recouverte d’une butte artificielle 8 m de ht et 35 m de Ø, entourée d’un fossé ; accès couloir 12 m ; sépulture 5 m2, accès à tombes rayonnantes (pillage du trésor par les Norvégiens au XII° s., « nécessita 3 nuits »).

Mainland oriental, Churchill Barriers : 3 ouvrages reliant les 3 îles détachées de l’Île principale (au Sud) ; construits en 1940/45 pour protéger l’ouverture Est de Scapa Flow (après le torpillage du cuirrassé Royal Oak).

Autres îles et sites à visiter

Île d’Hoy (Ouest) : célèbres falaises hautes de 350 m, granit ocre, dont la célèbre colonne abrupte sur la mer, dite Old Man of Hoy. Île de Westray (Nord) : château de Noltland XVI° s. par Gilbert Balfour, incendie XVII° s. (beaux vestiges). 2 églises romanes ruinées XII° et XIII° s. Falaises abruptes avec colonies d’oiseaux de mer protégées. Île Papa Westray, à coté de Westray, doit son nom aux anachorètes médiévaux qui s’y étaient réfugiés. Ruine d’une chapelle, sans doute consacrée au culte celte primitif. 2 habitats préhistoriques construits en pierre, estimés à 2 500 ans (seraient les + anc. d’Europe de l’Ouest).

Rousay : nombreuses sépultures néolithiques (2500/2000) : broch proche du Midhove Cairn, chambre funéraire à compartiments ; Cairn de Knowe of Yarso (compartiments) ; Taversoe Tuck, chambre funéraire sur 2 étages. Egilsay, vestiges restaurés d’une église romane v. 1140 où saint Magnus aurait été assassiné en 1116 : longue nef, tour.

Image - Cartes - Photos : les orcades -