Viêt Nam
Viêt Nam

Viêt Nam

Pays d’Asie du Sud-Est, Le Viêt Nam est situé entre le Mékong, la mer de Chine et le fleuve Rouge au nord. Le pays s’étend sur 331 114 km² et comptait environ 89,71 millions d’habitants en 2013. Sa capitale est Hanoi et. Hô Chi Minh-Ville est l’autre grande métropole du Vietnam.

Histoire du Viêt Nam

Période précoloniale

Dès le IVe siècle av. J.-C., un empire de l’est de l’Indochine porte le nom d' »Au Lac« . La région passe sous contrôle chinois à partir du IIIe siècle av. J.-C., jusqu’au Xe siècle apr. J.-C. A partir de ce moment, le Viêt Nam connait des périodes d’indépendance (dynastie Ly, 1009-1225) alternées avec des périodes d’invasion (XIe siècle, les Song, XIIIe siècle, les Mongols, XVe siècle, les Ming, XVIIIe siècle, les Tsing).

Au début du XIXe siècle, l’empereur annamite Gia-Long fonde la dynastie des Nguyên et rattache le Tonkin à son pays, qui prend alors le nom de « Viêt Nam ».

Période coloniale

Le Viêt Nam passe aux mains de la France au cours d’un processus qui voit la création de l’Indochine (1861 : Cochinchine conquise, 1863 : protectorat au Cambodge, 1883 : protectorat au Tonkin, 1887 : création de l’Union indochinoise).

Durant l’occupation japonaise au cours de la Seconde Guerre mondiale, l’Annam, le Tonkin et la Cochinchine sont réunis sous le nom d' »empire du Viêt Nam« , l’empereur étant l’Annamite Bao Dai. Après la capitulation japonaise, la domination française est de plus en plus remise en question, ce qui provoque une révolution dirigée par Hô Chi Minh, qui proclame la république.

En mars 1946, la France reconnaît cette république comprenant l’Annam et le Tonkin mais en décembre 1946, la querelle entre Hô Chi Minh et la France reprend.

En 1949, Bao Dai est reconnu empereur d’un Viêt Nam indépendant au sein de l’Union française, dont la Cochinchine fait également partie. La guerre civile dure des années et se termine par la capitulation française de Diên Biên Phu devant le Viêt-minh en mai 1954.

L’indépendance

Après la conférence de Genève sur l’Indochine, un accord est signé en juillet 1954, par lequel le Viêt Nam est coupé en deux, le long du 17e parallèle. Le Nord devient une république populaire dirigée par Hô Chi Minh tandis que le Sud du Viêt-Nam adopte le modèle occidental, avec Ngô-Dinh Diem comme chef du gouvernement. En 1955, il fait démettre Bao Dai de ses fonctions par référendum et se fait proclamer président. L’influence française disparaît donc également dans le Sud mais la population d’origine française reste. Diem tente alors de se défendre, avec l’aide des Etats-Unis, contre les infiltrations communistes venues du Nord, de plus en plus fréquentes. Le scrutin sur la réunification prévu par les accords de Genève n’est d’ailleurs pas organisé.

La guerre du Viêt Nam

Les Etats-Unis envoient tout d’abord des « conseillers militaires » au Viêt Nam, puis des forces armées de plus en plus importantes, en tout plus de 500 000 hommes.

A partir de 1964, l’armée de l’air américaine bombarde des objectifs au Nord-Viêt Nam. Cette guerre sans merci (destruction des récoltes et défoliation de la jungle par l’utilisation du napalm et de l’agent orange) ne donne aucun résultat militaire décisif au Viêt Nam, mais provoque, à l’inverse, un regain d’activité de la part du Viêt-cong dans le Sud-Viêt Nam et une réaction de plus en plus vive de l’opinion internationale à l’encontre des Etats-Unis.

En mai 1968, une conférence réunie à Paris tente de trouver une issue à la guerre, sans succès jusqu’en 1970. En 1969, le président américain Nixon promet à l’opinion publique américaine révoltée le retrait progressif des forces armées américaines. Pourtant, au printemps 1970, la guerre s’étend au Cambodge, du fait de l’intervention des Américains. 1971 voit l’invasion du Laos par des troupes du Sud-Viêt Nam ; au printemps 1972, la marine américaine mine les ports du Nord-Viêt Nam. Durant l’été 1972, on assiste au retrait des unités américaines et à une « vietnamisation » de la guerre.

Les pourparlers secrets entre Kissinger et Lê Duc Tho, commencés en août 1972 à Paris, sont interrompus du 18 au 30 décembre suite aux attaques aériennes violentes des Américains sur Hanoi. Du 18 au 25 janvier 1973, les négociations reprennent et le 27 janvier, un cessez-le-feu est signé.

C’est la fin de l’intervention américaine au Viêt Nam.

Le 29 mars 1973, les dernières unités américaines quittent le pays ; le 15 août, les bombardements cessent. Le Sud-Viêt Nam capitule en mai 1975.

Bilan de la guerre du Vietnam : sur 2,3 millions d’Américains engagés dans la guerre, 45 928 sont morts sur le champ de bataille, environ 10 000 suite à une maladie ou un accident et 300 000 ont été blessés : coût de la guerre et de ses conséquences : environ 300 milliards de dollars. Le Viêt Nam eut à déplorer plus de 1 million de morts, 6 millions de réfugiés, des destructions massives causées par 7 millions de tonnes de bombes (2 fois ½ le total des bombes lancées au cours de la Seconde Guerre mondiale). 25 000 km² de forêts furent chimiquement défoliés, nivelés ou réduits en cendres.

En 1976, la réunification officielle du Nord et du Sud clôture définitivement le conflit (fondation de la république socialiste du Viêt Nam). Depuis, l’ouverture économique a forcé le gouvernement à une certaine ouverture politique : les relations avec les Etats-Unis ont été spectaculairement réamorcées durant un échange de représentations diplomatiques. Au début du XXIe siècle, le Viêt Nam accumule les performances économiques, devenant l’un des pays les plus dynamiques d’Asie. Il obtient ainsi en octobre 2006 d’intégrer l’OMC.

Photo du Viêt Nam
Photo du Viêt Nam

Géoraphie du Viêt Nam

On distingue trois grands paysages naturels du nord au sud du Viêt Nam : le Tonkin, l’Annam et la Cochinchine.

Le Tonkin est constitué, au nord, de chaînes de montagnes qui se prolongent en Chine. Il est traversé par le Sông Kôi (fleuve Rouge) et par son affluent le Song Pa (rivière Noire). Ces deux cours d’eau forment une plaine deltaïque particulièrement fertile.

L’Annam est formé au nord d’une plaine littorale bordée de montagnes, qui constituent la frontière avec le Laos (Atuat, 2500 m). La plaine côtière se rétrécit vers le sud, les montagnes s’élargissent jusqu’à former un massif central (Lang-bian, 2267 m).

La Cochinchine comprend le delta du Mékong, lui aussi particulièrement fertile.
Les fleuves sont primordiaux pour l’agriculture, mais ils sont aussi imprévisibles et les inondations sont fréquentes.

Le Viêt Nam subit l’influence de la mousson, qui apporte de fortes pluies à l’automne. En été, le pays connaît de faibles pluies et la sécheresse, en particulier dans le sud-est. Sur la côte, les typhons sont fréquents. La température moyenne pendant le mois le plus chaud est de 28,5° et de 16,3° pendant le plus froid. Les précipitations atteignent 1730 mm par an. Les montagnes sont couvertes de forêt vierge tropicale. Les plaines littorales sont en majeure partie cultivées.

Les Annamites indochinois, dont la langue et la culture sont marquées par l’influence chinoise, constituent la plus grande partie de la population. Les Miaos au nord, peuple montagnard dont la langue n’a rien à voir avec celle des Annamites, et les Khmers au sud constituent les deux minorités.
La population est majoritairement concentrée dans les régions des deltas du Sông Kôi et du Mékong. Les religions pratiquées sont le bouddhisme, le confucianisme et le taoïsme.

Carte du Viêt Nam
Carte du Viêt Nam

 
L’économie du Vietnam repose en premier lieu sur l’agriculture : le riz est la culture principale (5e producteur et 3e exportateur mondial). En outre, le café (8e producteur mondial), le maïs, la canne à sucre, le coton, le tabac, les épices, les oléagineux, le thé et le caoutchouc (8e producteur mondial) sont exploités. Dans le nord, l’exploitation de houille, de phosphates, d’étain (10e producteur mondial), de tungstène et de mercure est développée. Après vingt ans de communisme strict, le Viêt Nam s’ouvre à l’économie de marché. Le tourisme, notamment, connaît un fort développement (250 000 touristes en 1990, 1,7 million en 1997).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.