Thailande
Thailande

Thaïlande

Anciennement royaume du Siam, la Thaïlande se situe en Asie du Sud-Est et s’étend sur 513 115 km². Le pays compte environ 65,4 millions d’habitants. Bangkok, avec ses 5,6 millions d’habitants, en est la capitale.

Thailande
Thailande

Vacances en Thailande

La Thaïlande est constituée principalement du bassin du Ménam, mais possède dans le Nord de hautes chaînes de montagnes (Doi Inthanon : 2590 m). Le climat est tropical et comporte trois saisons : chaude (mars-mai), pluvieuse (juin-octobre) et fraîche (novembre-février). Fleuves principaux : la Moon River et le Mékong.

Environ 77 % de la population thaïlandaise vivent dans les campagnes. La majeure partie se concentre dans la vaste plaine alluviale du Chao Phraya, au centre du pays, entourée de montagnes peu peuplées, où vivent certaines minorités. Près de 61 % de la population active travaillent dans l’agriculture.

La Thaïlande a été fondée en 1238

La langue officielle de la Thaïlande est celle de l’ethnie majoritaire à 94% : le thaï. La religion principale est le bouddhisme. La monnaie thaïlandaise est le baht.

Economie de la Thailande

Les principales productions sont le riz, l’ananas, le bois de teck, l’étain et le caoutchouc.
La Thaïlande a remarquablement développé son industrie touristique, ce qui lui permet de se fournir en devises. Toutefois, ce tourisme a entraîné de nombreux abus, comme le tourisme sexuel. L’industrie thaïlandaise a connu, elle aussi, un essor important en profitant d’une main-d’oeuvre abondante et bon marché. Le textile, l’agroalimentaire, la construction automobile sont des secteurs en pleine expansion.

La Thaïlande est une monarchie. Le roi est Bhumipol Adulyadej (Rama IX) depuis 1946. La Parlement comprend la Chambre des députés (trois cent quatre-vingt-treize membres élus pour quatre ans au suffrage universel) et le Sénat (deux cent soixante-dix membres désignés pour six ans). C’est un régime en voie de démocratisation, membre de l’Asean.

La crise de 1997 n’est pas entièrement résorbée. Le secteur bancaire ne s’est pas encore entièrement remis de la débâcle et la récession débutée en 1998 a continué en 1999.

Histoire de la Thailande

Au XIIe siècle, les Khmers s’installent dans la région, suivis par les Thaïs au XIIIe siècle. Le pays est envahi par les Birmans mais sera libéré en 1592. Le royaume thaï entretient, du XVIe au XVIIe siècle, de nombreux liens commerciaux et diplomatiques avec la France. Sous la dynastie Chakri (1782-1932), la Thaïlande échappe à l’emprise coloniale. Chulalongkorn a été le représentant de la dynastie Chakri dont le règne a été le plus long (1868-1910) et l’un des plus marquants, au plan politique, de l’histoire du royaume de Siam. S’intégrant dans le mouvement de réformes qui frappe l’ensemble de l’Asie orientale depuis l’entrée du Japon dans l’ère Meïji, il est celui qui a le plus profondément bouleversé les structures politiques et économiques du Siam (l’actuelle Thaïlande). En associant des experts étrangers à sa politique de modernisation, il a su préserver l’indépendance de son pays contre les prétentions coloniales.

Imprégné de culture occidentale, le prince Mongkut, qui règne sur le Siam de 1851 à 1868 sous le nom de Rama IV, a su profiter tant de l’ouverture du Siam vers l’Occident que des rivalités opposant les grandes puissances européennes au sujet de l’Indochine pour échapper à toute tutelle coloniale et négocier son statut « d’État tampon ». Préservé des ambitions coloniales de la France et de l’Angleterre, le souverain a pu mener une politique de modernisation de son pays indépendante des volontés des États qui dominent alors la région.

En 1932, à la suite d’un putsch, le maréchal Pibul Songgram prend le pouvoir. Il s’allie au Japon durant la Seconde Guerre mondiale. En 1946, Bhumibol Adulyadej est couronné roi sous le nom de « Rama IX« . Le gouvernement sera constamment dominé par les militaires. En 1980, le général Prem Tinsulanond devient premier ministre ; il est renversé en 1991 par un coup d’Etat militaire.

En 1992, suite à de nombreuses manifestations, le régime s’assouplit. Les militaires quittent petit à petit le pouvoir. Le 13 septembre 1992, les élections législatives voient la victoire des démocrates. En 1994, le pont de l’Amitié est inauguré, reliant le Laos à la Thaïlande. En 1995, le Laos, la Thaïlande, le Viêt Nam et le Cambodge se sont associés pour organiser une gestion rationnelle du Mékong.

En 1997, le pays est victime d’une grave crise économique et financière, qui est indirectement à l’origine d’un krach boursier touchant toute l’Asie, puis les Bourses du monde entier. Le baht perd 20% de sa valeur, mais un accord intervient en août 1997, qui permet un certain rétablissement. En 1998, le gouvernement décide toutefois d’expulser 300 000 travailleurs étrangers pour des raisons économiques.

La gestion efficace de la crise financière, menée conjointement avec le FMI, a néanmoins entraîné le discrédit du gouvernement, accusé d’allégeance envers les instances internationales. C’est dans ces conditions que le milliardaire populiste Thaksin Shinawatra remporte en janvier 2001 une victoire écrasante aux élections législatives. Il doit s’atteler à plusieurs tâches : la nouvelle pauvreté issue de la crise de 1997, la production de drogues (le « Triangle d’or« , région de production de l’opium, est situé au nord du pays) et le tourisme sexuel, qui nuit gravement à l’image du pays. Au sud du pays, une rébellion musulmane apparaît, qui entraîne en avril 2004 une sévère répression de l’armée.

En décembre 2004, les côtes occidentales du pays, région la plus touristique, est touchée par le tsunami qui dévaste l’océan Indien.

En avril 2006, les élections législatives sont boycottées par l’opposition pour protester contre la politique du premier ministre Thaksin Shinawatra. Celui-ci se déclare vainqueur, mais sous la pression populaire, il décide de ne pas accomplir un nouveau mandat. En septembre 2006, l’armée prend le pouvoir à la faveur d’un coup d’Etat. Accueillie favorablement par la population et par le roi Bhumibol, la junte militaire dirigée par le général Sonthi Boonyaratkalin décrète la loi martiale et annonce la tenue prochaine d’élections libres. Surayud Chulanont est nommé premier ministre du gouvernement provisoire.

Mais le nouveau pouvoir est en partie remis en question lorsqu’ont lieu, en décembre 2006, plusieurs attentats à la bombe dans la capitale. La junte fait approuver par référendum, en août 2007, une nouvelle Constitution qui redonne le pouvoir aux élites traditionnelles du pays (aristocratie, armée, administration), mais qui n’empêche pas la victoire aux législatives de décembre 2007 du parti de Shinawatra. C’est Samak Sundaravej qui est nommé premier ministre.

carte-de-la-thailande
carte-de-la-thailande

Tourisme en Thailande

La Thaïlande est un pays d’Asie du Sud-Est, donnant à la fois sur le golfe de Thaïlande et sur la mer des Andaman. Elle appartient à la péninsule indochinoise (également constituée du Laos, du Viêt Nam et du Cambodge) pour sa partie nord, et à la péninsule de Malacca pour sa partie sud. Son relief est marqué par une plaine centrale irriguée par le Chao Phraya (le plus grand fleuve du pays), entourée de montagnes et de plateaux (le plateau de Korat notamment). Près de 30 % du territoire est recouvert de forêts. Le climat est humide et tropical.

La population thaïlandaise est essentiellement composée de Thaïs (plus de 75 % de la population), mais également de Chinois (environ 15 %), de Malais, de Vietnamiens ou encore de Cambodgiens. Le bouddhisme est la principale religion. La plupart des habitants vivent dans le centre du pays, dans les campagnes.

L’agriculture a longtemps constitué le principal secteur d’activités de l’économie thaïlandaise : le pays figure notamment parmi les premiers producteurs de riz au monde. Cependant, le pays a connu une industrialisation rapide dans les années 1980 et 1990, principalement grâce aux investissements japonais ; l’agroalimentaire, le textile et le tourisme ont particulièrement bénéficié de ce développement.

 

Lieux touristiques en Thaïlande

Lieux d’intérêt

De nombreux canaux de Bangkok ont été remplacés par des boulevards pour faire place à une circulation automobile toujours plus dense. Néanmoins, le marché flottant de Thonburi, où la vente des marchandises s’effectue à même les embarcations, reste très prisé par les Thaïs et les touristes.

Construit durant la période du royaume d’Ayuthya (v. 1350-1767), le Vat Arun (ou « temple de l’Aube ») est l’un des 400 temples et monastères bouddhiques que compte l’agglomération de Bangkok. L’édifice, un prang (dérivé de la tour-sanctuaire khmère) de plus de 104 m de hauteur érigé sur les rives du Menam à Thonburi, est caractéristique de l’architecture thaïe.

Construit au xviiie siècle, le Vat Phra Keo (le « temple du Bouddha d’Émeraude ») est le temple le plus sacré de Thaïlande, situé à côté du Grand Palais de Bangkok. De colossales statues figurant des yakshas gardent l’entrée du temple où repose le Bouddha d’Émeraude, une statue gigantesque de 75 m de haut.

Consacré au bouddhisme mahayana, le temple de Prasat Hin, à Phimai (aujourd’hui en Thaïlande), a été édifié aux xie-xiie siècles, à l’époque de l’Empire khmer d’Angkor. Ce vaste ensemble khmer est constitué de deux enceintes successives, percées aux quatre points cardinaux de majestueuses portes (gopura). L’entrée principale, la porte sud, est symboliquement positionnée en direction de la cité-mère (Angkor).

Intégré au parc archéologique d’Angkor, l’ensemble architectural de Phimai préfigure de peu l’architecture adoptée pour le grand temple cambodgien d’Angkor Vat.

Image - Cartes - Photos : thailande carte - thailande - carte thailande sud ouest - photos de phuket en thaïlande -
Promo FRAM Voyages'