Le Caucase

Carte du Caucase

Immense barrière montagneuse, le Caucase est rectiligne, de 1 280 km de longueur et s’étend du détroit de Kertch, au nord-ouest, à la presqu’île d’Apchéron, sur la mer Caspienne, au sud-est. Large de seulement 100 à 255 km, cette montagne fait penser aux Andes par ses édifices volcaniques et ses sommets élancés (l’Elbrouz culmine à 5 629 m au centre de la chaîne), et aux Pyrénées par sa structure rectiligne et assez simple. D’une manière générale, les pentes des versants méridionaux sont plus fortes que celles des versants septentrionaux.

Géographie du Caucase

Le Caucase est une chaîne intracontinentale qui correspond à une déformation de la plate-forme russe, plus au nord. Sa structure géologique associe de chaque côté d’une zone axiale – soulevée à l’ère tertiaire (miocène) et constituée par un socle cristallin portant les plus hauts sommets dans la partie centrale de la chaîne –, des couvertures sédimentaires plissées et charriées au nord et au sud. Elles se poursuivent par des chaînons d’avant-pays. La couverture du versant sud a été vigoureusement plissée et faillée, alors que les couches du versant nord plongent régulièrement en direction de la plaine ciscaucasienne, laissant apparaître des crêts monoclinaux dégagés par l’érosion.

À la fin du tertiaire (pliocène), la chaîne du Caucase a subi un soulèvement d’ensemble accompagné par des montées de laves créant des reliefs volcaniques qui constituent les plus hauts sommets de la chaîne. Cette surrection, qui continue actuellement (on a évalué le soulèvement de entre 10 et 12 mm par an), se combine avec une subsidence accentuée (de 2 à 6 mm par an) des zones bordières au nord (le sillon géorgien), au sud (le bassin de Manytch), et plus encore dans les grandes fosses de la mer Noire et de la mer Caspienne. Les crêtes sommitales ont subi une évolution glaciaire qui reste encore nette dans la partie centrale de la chaîne où des glaciers subsistent largement. Le Caucase est donc une montagne jeune qui est caractérisée par une grande diversité.

L’organisation bioclimatique du Caucase

Cette diversité géologique se retrouve dans l’organisation morphologique et bioclimatique. La partie occidentale s’étend sur 400 km depuis la mer d’Azov jusqu’à l’Elbrouz. La ligne de crête, unique, monte progressivement de 1 000 à 4 000 m. Sur le versant nord, aux pentes douces, les hivers sont froids, et les précipitations estivales moyennes; la forêt est réduite à des arbres, chênes pubescents et pistachiers, adaptés au froid et à la sécheresse relative; jusqu’à 1 900 m viennent des hêtres et des épicéas dominés par une lisière de rhododendrons et de lauriers-cerises puis d’herbes hautes.

Le versant méridional du Caucase, abrupt, tombe brutalement dans la mer Noire. Les fortes précipitations (de 1 500 à 2 000 mm) imbibent les versants, provoquant des coulées de solifluxion, et arrosent une épaisse forêt de hêtres et d’épicéas qui descend jusqu’à la mer Noire.

La partie orientale est plus basse. Le versant septentrional, qui couvre le Daghestan, forme un relief plat et ondulé aux plis rabotés par l’érosion. Le versant méridional tombe brutalement sur le fossé de la Koura. Le climat, moins pluvieux, n’autorise que quelques forêts de pins sylvestres surmontées par une steppe d’altitude à épineux.

À la charnière du Caucase occidental et oriental, la partie centrale est composée de deux chaînes cristallines séparées par une vallée creusée dans des argiles et des schistes. L’ensemble est dominé par des volcans et les six sommets de la chaîne dépassent les 5 000 m. Cette haute montagne est aussi le siège de vastes glaciers de plateau et de langues glaciaires qui peuvent atteindre 18 km de longueur.

Le Caucase et les hommes

Le Caucase a toujours représenté une barrière pour les peuples en migration. Aussi n’est-il que faiblement peuplé par des populations en quête d’une zone de refuge, et qui vivent dans des vallées cloisonnées. Les peuples, très nombreux, composent une véritable mosaïque avec plus de quatre-vingts langues différentes. Ce sont des montagnards farouches et jaloux de leur liberté qui n’hésitent pas à se défendre contre les Russes, ni à se battre entre eux, surtout depuis le démembrement de l’Union soviétique.

La mise en valeur de la montagne est ancienne et inégale. Les régions prémontagneuses et les grandes vallées correspondent aux principales zones agricoles et industrielles. Dans les zones plus élevées n’existent que des centres d’exploitation du bois et de vastes territoires voués au pâturage de troupeaux transhumants. Le tourisme s’y est développé plus récemment.

Image - Cartes - Photos : caucase carte -