photo - urbain affiche dechiree
Oman

Oman

En arrivant à Oman, on se félicite (un peu égoïstement peut-être) que le pays soit resté hermétiquement fermé jusque récemment : le sultanat d’Oman est ainsi préservé et vierge des marques d’un tourisme excessif.

Quand Oman dévoile ses trésors cachés

Malgré son ouverture dans les années 70, Oman est une escale incontournable sur la Route maritime de la soie, pont entre l’Orient et l’Occident à l’est de la péninsule arabique, n’a jusqu’à présent que peu intéressé les agences de voyage.

Pourtant, le sultanat d’Oman, qui se distingue des émirats voisins par la richesse de ses sites archéologiques mis en valeur par un vaste programme de rénovation du patrimoine, mérite largement que l’on s’y arrête. Aujourd’hui, enceintes, citadelles, donjons, caravansérails, dont certains sont inscrits au patrimoine de l’Humanité par l’Unesco, jalonnent les routes du pays et témoignent de l’histoire originale de la région.

Informations pratiques

Comment s’y rendre ?

Plusieurs compagnies assurent des liaisons aériennes entre la France et Oman. Vous n’êtes pas obligé de passer par un voyagiste pour organiser votre voyage. Toutes les prestations touristiques sont disponibles, et il n’est pas difficile de se débrouiller seul.

Comment circuler ?

Outre la location de voiture (toujours un peu cher), il est très facile de se balader en bus ou en taxis collectifs, qui sillonnent tout le pays.

Se loger

Le camping sauvage est autorisé sur tout le territoire. On trouve des hôtels dans les endroits touristiques, mais ils sont peu nombreux ; les prix s’échelonnent de la pension modeste au grand luxe.

désert rouge de Wahiba
désert rouge de Wahiba

Musulmans dès la première heure, les Omanais, navigateurs et commerçants, fortifièrent chaque village, en particulier dans les zones montagneuses du nord et le long des 1 700 km du littoral, pour se protéger des influences de l’Inde et de l’Afrique de l’Est.

Mais Oman n’est pas seulement une destination culturelle. Vous n’oublierez pas de sitôt le désert rouge de Wahiba, la plongée, les safaris en 4×4 dans le désert des déserts (le «quart vide», à la frontière de l’Arabie Saoudite), les excursions dans les montagnes du Hajjar et dans celles plus verdoyantes de la province méridionale de Salalah. Vous vous souviendrez aussi des repas épicés où se mêlent senteurs et saveurs de Chine, d’Inde et d’Arabie, et des explorations dans le souk de Mascate, l’un des plus beaux marchés traditionnels arabes.

Aujourd’hui, des infrastructures touristiques apparaissent un peu partout. Mais rassurez-vous : le gouvernement, conscient des risques inhérents au développement du tourisme pour l’environnement, est vigilant. Tout ça sans les désagréments d’une destination trop rebattue. Que demander de plus ?

Carte du Sultanat d'Oman
Carte du Sultanat d’Oman

La géographie d’Oman

Le relief d’Oman est marqué par une plaine côtière, une chaîne de montagnes et un plateau intérieur. Une grande partie du pays est désertique. L’étroite plaine côtière située le long du golfe d’Oman (dans l’ouest du pays) est entourée par les monts Hajar (2 500 m d’altitude au djebel Akhdar, la « montagne verte »). De l’autre côté du massif s’étendent le désert de sable de Wahiba et le grand désert de l’Ar Rub‘ al Khali (le « quartier vide ») ; celui-ci forme la frontière avec l’Arabie saoudite sur plus de 800 km. Dans la majeure partie du pays, le climat est chaud et aride.

Oman est un sultanat. Le sultan gouverne en consultant un conseil composé des membres des tribus représentatives du pays (le Conseil consultatif).

Entre mer et montagne à Oman

L’essentiel de la population d’Oman est regroupé sur la plaine côtière de l’est du pays. Cette étroite bande de 20 km de large au maximum est située entre le golfe d’Oman et le Djebel Akhdar (une chaîne de montagnes, que l’on peut voir sur cette photographie). C’est là que se trouvent les seules terres cultivables du pays, car l’irrigation y est possible. Le reste du pays est en effet marqué par la présence de plateaux désertiques.

La densité de population d’Oman est très faible (14 habitants au km²). Le pays accueille une importante communauté de travailleurs étrangers, originaires du sous-continent indien et d’Afrique de l’Est. Les Omanais sont dans leur très grande majorité musulmans ; mais, en raison de l’importante minorité indienne, près de 15 % de la population est hindoue.

À l’image des autres pays du golfe Arabo-Persique, la richesse d’Oman provient principalement des hydrocarbures : le pétrole est sa principale ressource naturelle ; le gaz naturel constitue la deuxième richesse du sous-sol d’Oman, mais est encore assez peu exploité.

Oman
Oman

Le Golfe d’Oman

Bras nord-ouest de la mer d’Oman. Par le détroit d’Ormuz, le golfe d’Oman communique avec le golfe Arabo-Persique. Il est bordé au nord par l’Iran et au sud par Oman et les Émirats arabes unis. La profondeur de la partie septentrionale du golfe d’Oman varie entre 50 et 200 m et augmente vers le sud-est ; sa longueur est d’environ 550 km. Le golfe d’Oman et le détroit d’Ormuz constituent l’une des voies navigables les plus stratégiques et les plus importantes du monde : environ quatre-vingt pétroliers transportant du pétrole en provenance des États du Golfe la traversent chaque jour. Leurs chargements représentent les deux tiers du commerce maritime du pétrole.

Le poisson, et en particulier les sardines, abondent dans le golfe d’Oman, au débouché du golfe Persique. De ce fait, de nombreux habitants des villes côtières vivent de la pêche. Même si la plupart des pêcheurs omanais utilisent des bateaux à moteur en fibre de verre, certains ont des voiliers traditionnels en bois, les dhows, considérés comme le plus ancien type de bateau marin encore utilisé. Cependant, aujourd’hui, beaucoup d’entre eux sont propulsés par des moteurs Diesel et non plus par une voile.

Djebel Akhdar
Djebel Akhdar

Djebel Akhdar (nord-est du sultanat d’Oman), massif montagneux donnant sur le golfe d’Oman. Photographie prise dans la région de Mascate, capitale du pays.

Image - Cartes - Photos : oman -