Iles Salomon
Iles Salomon

Iles Salomon

En anglais (langue officielle) Solomon Islands, les îles Salomon représentent un pays (membre du Commonwealth) insulaire d’Océanie, situé en Mélanésie, dans le Pacifique occidental. Sa capitale est Honiara.

Découvrir les îles Salomon

Situé à l’est de la Nouvelle-Guinée, l’archipel des îles Salomon est composé d’un double chapelet d’îles alignées du nord-ouest au sud-est et qui couvrent une superficie de 27 556 km2. Il comprend les grandes îles de Choiseul, Santa Isabel, Guadalcanal (la plus grande des îles Salomon), Malaita, Makira (San Cristobal), Vella Lavella, le groupe de Nouvelle-Géorgie, l’archipel de Santa Cruz (le plus oriental), les îles Florida, le petit archipel des Russell, ainsi qu’une multitude d’autres petites îles (Ontong Java, Rennell, etc.).

Les grandes îles, d’origine volcanique, sont montagneuses, accidentées et couvertes d’une forêt dense. Elles prolongent l’arc volcanique de l’archipel Bismarck (en Papouasie-Nouvelle-Guinée) et culminent au mont Popomanaseu à 2 331 m d’altitude (Guadalcanal). Certaines petites îles isolées sont des atolls coralliens (Ontong Java).

Aux Salomon, le climat est équatorial, chaud et très humide. La capitale de la fédération est Honiara, sur l’île de Guadalcanal.

Institutions et vie politique des îles Salomon

Les îles Salomon ont acquis leur indépendance en 1978 dans le cadre du Commonwealth. Le chef de l’État est le souverain britannique, représenté par un gouverneur général. Le gouverneur général, qui doit être un citoyen salomonais, est nommé par le souverain pour cinq ans, sur proposition du Parlement. Un Premier ministre est à la tête du gouvernement ; il est élu par le Parlement. Le Parlement est constitué d’une unique chambre, composée de 50 membres élus au suffrage universel direct pour un mandat de quatre ans.

Le pays est bouleversé en 1998 par le déclenchement d’un conflit ethnique, qui aboutit à un coup d’État en juin 2000 et à la dissolution du Parlement. Après la conclusion d’un accord de paix en octobre 2000, des élections législatives se déroulent en décembre 2001, sous la surveillance de nombreux observateurs internationaux. Elles ne permettent pas de dégager une majorité, les trois principales formations politiques, le Parti de l’alliance populaire (People’s Alliance Party, PAP), l’Association des membres indépendants et la Coalition pour le changement (Solomon Islands Alliance for Change Coalition, SIACC) remportant respectivement 20, 13 et 12 sièges.

Le leader du PAP, Allan Kemakeza, est élu Premier ministre après avoir été limogé du précédent gouvernement à la suite d’un scandale financier. En 2003, pour faire face à la persistance des violences ethniques, une force de paix multinationale est déployée dans l’archipel qui voit en 2006 l’élection d’un nouveau Premier ministre.

Paysage des îles Salomon
Paysage des îles Salomon

Histoire des Iles Salomon

L’archipel des Salomon est habité par des Mélanésiens depuis quatre mille ans. Le navigateur espagnol Álvaro de Mendaña de Neyra, qui cherche dans le Pacifique des îles aurifères ayant appartenu au roi Salomon, est le premier à découvrir ces terres en 1568.

Les îles les plus septentrionales sont, quant à elles, découvertes en 1768 par Louis Antoine de Bougainville, qui donne son nom à l’île de Bougainville (qui appartient aujourd’hui à la Papouasie-Nouvelle-Guinée). Un protectorat allemand est établi en 1885 sur les îles Salomon septentrionales et en 1893 un protectorat britannique sur les îles méridionales. En 1899, l’ensemble des îles Salomon devient une possession britannique à l’exception de Buka et de Bougainville qui restent allemandes.

En 1914, l’archipel est occupé par l’Australie puis placé par la Société des Nations sous son mandat en 1921. Durant la Seconde Guerre mondiale, il est le théâtre de violents combats. En octobre 1942, l’île de Guadalcanal en particulier est le cadre de l’une des plus grandes batailles de la guerre du Pacifique.

Au retour de la paix, la capitale des îles Salomon, Honiara est installée sur le site du plus grand des camps américains, à quelques kilomètres de la base aérienne d’Henderson Field. Toute une série de mouvements millénaristes ou « cultes du cargo » mélanésiens (croyance millénariste selon laquelle arrivera un jour un navire chargé de biens matériels) se développent, comme le Marching Rule sur l’île de Malaïta.

En 1975, les îles Salomon septentrionales, administrées par l’Australie, obtiennent leur indépendance au sein de la Papouasie-Nouvelle-Guinée. Les îles Salomon britanniques accèdent à l’autonomie interne en 1976 puis à l’indépendance en 1978.

Les Salomonais, dont la monarchie constitutionnelle s’intègre dans le cadre du Commonwealth, jouissent d’une certaine stabilité politique jusqu’aux affrontements ethniques qui opposent les milices des îles de Guadalcanal, le Mouvement de libération d’Isatabu (Isatabu Freedom Movement, IFM), et de Malaita, la Force de l’aigle de Malaita (Malaitian Eagle Force, MEF), à partir de 1999. Après le coup d’État perpétré par le MEF en juin 2000, un accord de paix est signé au mois d’octobre suivant à Townsville par les deux factions. Il est suivi de la tenue d’élections législatives en décembre 2001, à l’issue desquelles Allan Kemakeza, le leader de la principale formation politique du pays, le Parti de l’alliance populaire (PAP), est élu Premier ministre après avoir été limogé du gouvernement précédent pour détournement de fonds publics.

Le processus de paix est cependant précaire, et le pays continue de souffrir des violences ethniques, de la mauvaise gouvernance et d’une criminalité endémique. Face à l’incapacité de l’État à restaurer l’ordre et la justice, et à la persistance des violences entre milices, le gouvernement demande une aide internationale en juin 2003. Une force de paix multinationale de 2 500 hommes dirigée par l’Australie se déploie au mois d’août afin de rétablir l’ordre et de désarmer les miliciens. Reconstruction et lutte contre la corruption sont à l’ordre du jour, se traduisant par une amélioration de la croissance.

Carte des îles Salomon

Mais, en avril 2006, l’élection du Premier ministre Snyder Rini à une courte majorité est suivie par des émeutes qui provoquent d’importantes destructions et la démission de celui-ci une semaine plus tard.

Image - Cartes - Photos : a qui appartient l\isle Guadalcanal - Ile britanique carte -
Promo FRAM Voyages'

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *