La Martinique
La Martinique

10 raisons de partir en Martinique

L’île de la Martinique est tout simplement l’une des destinations les plus enchanteresses des Caraïbes. Les français de métropoles et les francophiles en général adorent l’île française pour sa gastronomie, sa musique et ses paysages à coupé le souffle parfois. La Martinique est dotée d’une beauté toute particulière propre aux îles des Antilles avec ses plages de sable blanc et ses forêts tropicales. En vacances en Martinique vous ne devrez manquez sous aucun prétexte l’un des joyaux de l’île : le volcan du Mont Pelée qui domine la ville portuaire de Saint-Pierre.

Martinique paysage
Martinique paysage

Pourquoi la Martinique en 10 points

1- Découvrir lesAntilles

Les Antilles françaises (Martinique et Guadeloupe) font partie des Petites Antilles et forment la partie est et sud de l’archipel des Antilles, qui sépare l’océan Atlantique de la mer des Antilles. Le nord de l’archipel est formé par les Grandes Antilles (Cuba, Haïti, Jamaïque et Porto Rico). Les Petites Antilles se situent sur une zone instable de l’écorce terrestre, l’arc des Antilles, et ont été le théâtre d’éruptions volcaniques généralisées. La Martinique est un département français d’outre-mer (DOM) depuis 1946, tout comme sa voisine la Guadeloupe, la Guyane, en Amérique du Sud, et la Réunion, dans l’océan Indien.

2- Le Colibri

Le colibri, de taille minuscule, est aussi appelé oiseau-mouche. Ses ailes battent entre 50 et 60 fois par seconde, lui permettant de faire du surplace et même de reculer. Avec une vitesse de pointe de 70 km/h, c’est l’oiseau le plus rapide du monde. Le madère est le plus gros, puis vient le colibri folle, et enfin le fou-fou, ou colibri huppé, noir à huppe turquoise, le plus petit de tous (5 cm). En vous levant tôt, vous aurez toutes les chances d’observer le fou-fou butiner et zigzaguer comme un éclair.

3- Le Zouk

Né à Paris il y a une quinzaine d’années, le zouk puise son inspiration dans les rythmes du traditionnel belair martiniquais. Il mêle la biguine, danse afro-française sur un rythme de boléro, le compas haïtien et d’autres cadences populaires antillaises. Endiablé, il va du zouk béton (dur et rapide) au zouk love , et se danse toujours à deux. Les groupes Kassav’, Malavoi et Taxi kreol sont les figures de proue de ce genre musical qui a aujourd’hui conquis les Antilles.

4- Aimé Césaire

Poète et dramaturge – sa Tragédie du roi Christophe est inscrite depuis 1991 au répertoire de la Comédie française – maire de Fort-De-France constamment réélu depuis 1945, longtemps député, Aimé Césaire fût une figure incontournable des Antilles. Né en 1913, il est le descendant d’un esclave révolté condamné à mort en 1833. Admis à l’Ecole normale supérieure en 1935, il revient à la Martinique en 1939. La revue Tropiques qu’il anime avec sa femme constituera, pendant les années d’Occupation, un précieux espace de liberté. Proche du Parti communiste, il s’en éloignera en fondant le Parti progressiste martiniquais en 1958. S’il a déploré à l’époque que la notion de « négritude » ait été réduite à celle, plus étroite, de « créolité », son influence politique et littéraire demeure entière.

5- Yole

Caractéristique de la flotte martiniquaise traditionnelle, cette embarcation légère est utilisée aujourd’hui dans le cadre de compétitions passionnantes et passionnées. Contrairement au gommier, creusé d’une pièce dans un tronc, la yole ronde est constituée de bordées fixées sur des membrures arrondies. Le poirier local, le teck ou l’angélique de Guyane entrent dans sa fabrication. Les mâts et les vergues sont en bambou. Les courses se déroulent dans les communes côtières de janvier à décembre et la principale manifestation, le Tour de la Martinique en sept étapes, a lieu en août.

6- La Maison de la Canne

Ce captivant musée de la canne à sucre occupe le site d’une ancienne raffinerie sucrière, près de Trois-Ilets, dans le Sud-Ouest de l’île. On y découvre tous les rouages de l’économie sucrière, bâtie au XVIIe siècle autour de l’habitation esclavagiste. D’émouvants dessins d’enfants évoquent la triste réalité de l’esclavage, indissociable de la canne.

7- La Montagne Pelée

Sommet le plus élevé de l’île, la montagne Pelée (1 397 m) est un volcan en activité. L’éruption du 8 mai 1902, d’une puissance équivalent à 100 mégatonnes de TNT, engloutit la ville de Saint-Pierre dans un enfer de cendres et de gaz suffocants. Alors capitale économique de la Martinique, la ville fut rayée de la carte. Ses 30 000 habitants périrent à l’exception d’un seul. Des ruines témoignent encore de la catastrophe, tandis que les épaves englouties attirent les plongeurs. L’ascension de la montagne Pelée constitue une belle randonnée.

8- La Banane

L’un des piliers de l’agriculture martiniquaise, la banane n’est pas seulement celle qu’on croit : il y a la banane verte dite « poyo« , la jaune appelée plantain, la petite main, minuscule et très sucrée, et la banane-poteau, qui se cuit comme un légume. La banane a son musée, près de Sainte-Marie. De l’histoire à la biologie diététique, vous y apprendrez tout sur ce fruit originaire d’Inde, qui pousse, non pas sur un arbre, mais sur une herbe géante.

9-Le Créole

Si le français est la langue officielle de la Martinique, la grande majorité des insulaires parlent le créole. Ou plutôt l’une des quelque quarante langues créoles existant dans le monde, parmi lesquelles une douzaine sont issues du français. Le créole est le fruit de la rencontre de plusieurs langues : celles des colons – Espagnols, Français, Anglais, Portugais et Hollandais, celle des Caraïbes, celle des esclaves africains et celle des Indiens recrutés comme travailleurs libres après l’abolition de l’esclavage. Longtemps considéré comme une simplification de la langue des colons, le créole est aujourd’hui reconnu comme une langue à part entière.

10- Le Sport

La nature tropicale aisément accessible, associée au soleil et à la mer, représente un des attraits majeurs de l’île, véritable paradis du tourisme vert sous toutes ses formes. Vous pourrez partager votre temps entre les sports nautiques, la plongée sous-marine, la randonnée – à pied, à cheval ou en VTT – le canyoning ou le pur et simple farniente sur la plage.

Martinique Tourisme
Martinique Tourisme

Suggestions D’excursions en Martinique

Commençons par des Infos Pratiques sur la Martinique.

  • Capitale : Fort-De-France
  • Superficie : 1 080 km2
  • Nombre d’heures pour s’y rendre : 8 heures 30
  • Meilleure période pour partir : de mi-décembre à mi-avril
  • Décalage horaire : GMT – 4 heures (France + 5 en hiver et + 6 en été)
  • Monnaie : Euro
  • Mode de paiement : Euro
  • Visas et formalités : les ressortissants des pays de l’UE, de la Suisse et du Canada peuvent séjourner à la Martinique trois mois sans visa
  • Santé :Il n’existe aucun risque particulier
  • Organismes utiles : Office du tourisme de la Martinique, 2, rue des Moulins, 75001 Paris

Poursuivons à présent par quelques idées d’excursions selon la durée de votre voyage en Martinique  :

Pour un séjour d’une semaine

Si vous disposez d’un véhicule, il suffit de quelques heures pour traverser l’île de la Martinique, qui s’étend sur 65 km de long et 20 km de large. En rayonnant à partir d’une base fixe, vous pourrez profiter des plages de sable du Sud de l’île de la Martinique et explorer le Nord, plus sauvage. L’essentiel des infrastructures touristiques est localisé sur la côte sud-ouest, propice aux sports nautiques et aux bains de soleil, entre Gros-Ilet et Sainte-Anne. Moins bien loti en hébergement, le Nord peut cependant constituer un bon choix pour ceux qui souhaitent découvrir la forêt tropicale.

Pour vos vacances, vous pouvez également penser à un circuit Guadeloupe-Martinique

Pour des vacances de 15 jours

Cette durée vous permet de faire le tour de l’île en prenant votre temps. Vous pourrez consacrer la première semaine à la découverte du Nord, puis vous détendre sur les plages du Sud. De Fort-De-France à anse Couleuvre, au nord, la côte offre un itinéraire séduisant, où abondent les sites de plongée. La ville de Saint-Pierre, détruite en 1902 par l’éruption de la montagne Pelée, mérite une visite de quelques heures. Autre option, la route de la Trace, qui part au nord de la capitale, pour rejoindre Morne-Rouge. Elle permet d’explorer la forêt tropicale, domaine de prédilection des randonneurs, avant de gagner les communes encore peu touristiques du Nord-Ouest de l’île. La côte orientale possède quelques sites touristiques, au premier rang desquels la réserve naturelle de la péninsule de la Caravelle.

La Martinique - Carte
La Martinique – Carte

Pour un voyage de trois semaines

Vous pourrez aisément combiner un séjour à la Martinique et la découverte de la Dominique ou de Sainte-Lucie. Si ces îles ne bénéficient pas d’infrastructures touristiques aussi développées que leur voisine française, elles ne manquent pas de séduire par leur environnement étonnamment bien préservé et l’accueil chaleureux de leurs habitants. Plongeurs, randonneurs et amateurs de nature sauvage apprécieront la Dominique et ses paysages spectaculaires, qu’ils soient terrestres ou sous-marins.

A Sainte-Lucie, la côte nord-ouest est la destination la plus fréquentée de l’île. Dès que l’on quitte la capitale Castries en direction du sud, l’île se révèle essentiellement rurale, faite de petits villages de pêcheurs, de vastes bananeraies et d’une jungle exubérante. Pittoresque et animée, la ville de Soufrière, peut offrir une base agréable d’où découvrir le sud de l’île.

Image - Cartes - Photos : martinique carte monde - martinique carte du monde - madère carte du monde - guadeloupe martinique -

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.