Guadeloupe - Réserve cousteau
Guadeloupe - Réserve cousteau

La réserve Cousteau en Guadeloupe

Les cartes portent simplement la mention de « zone protégée » et non « réserve Cousteau« . En réalité, le commandant Cousteau est venu tourner des images sous-marines au début des années 60 et aurait qualifié d' »exceptionnel » l’écosystème du site de la Guadeloupe.

cousteau - Photo sous marine de la réserve en Guadeloupe
cousteau – Photo sous marine de la réserve en Guadeloupe

La Guadeloupe maritime et la réserve Cousteau

Lorsque les centres de plongée se sont installés à Malendure en Guadeloupe au début des années 70, ils ont tiré parti du passage du commandant et ont utilisé la dénomination de « réserve Cousteau« , qui s’est ensuite imposée dans l’esprit du public et des médias.

Quoi qu’il en soit, cet abus de langage n’enlève rien à l’attrait du site. Les deux îlets jouissent d’un emplacement remarquable, à cinq minutes de bateau de la plage. Par ailleurs, ce secteur se prévaut de conditions de plongée sécurisantes et de sites multiniveaux.

Criques abritées idéales pour les débutants, résurgences d’eau chaude, massifs coralliens relativement bien préservés et espèces variées donnent toutes ses lettres de noblesse à cette vraie-fausse réserve qui, chaque année, attire près de 80 000 plongeurs. Le relief sous-marin se présente sous la forme d’une pente douce en marches d’escalier. L’habituelle faune fixée des Antilles (éponges, gorgones, massifs coralliens) y est bien représentée, malgré quelques dégâts imputables aux cyclones, notamment dans la zone proche de la surface.

carte - guadeloupe tourisme - réserve cousteau
carte – guadeloupe tourisme – réserve cousteau

 

Le principal point noir tient à la surexploitation des sites. sur l’île de la Guadeloupe Une dizaine de centres de plongée organisent des sorties sur les îlets, à raison de deux voire trois explorations par jour. Malgré l’existence de bouées où s’amarrent les bateaux (évitant ainsi la destruction des coraux et des éponges par les ancres), le bilan écologique d’une telle fréquentation n’est pas nul. Les prestataires, conscients qu’un seuil a été atteint, tentent désormais de désengorger les îlets en élargissant leur rayon d’action et en proposant des zones qu’ils délaissaient jusqu’alors, notamment le nord et le sud de la Basse-Terre.

Promo FRAM Voyages'