voyage-a-gagner
Japon
Japon

Japon – Guide Voyage

Le Japon offre une grande variété de lieux et d’attractions touristiques, allant d’héritages historiques et culturels typiques comme les nombreux sanctuaires et temples, aux curiosités les plus modernes et futuristes, en passant par de véritables trésors naturels tels que les onsen, les jardins ou la période des cerisiers en fleurs (au printemps).

Chugoku Japon
Chugoku Japon

Région de Chugoku au Japon

Elle (中国地方, « pays central ») constitue la partie Ouest de l’île principale du Japon, Honshu. Elle est habituellement divisée entre la région de Sanyo, urbanisée et industrialisée le long de la mer Seto, et la région de Sanin, plus rurale le long de la mer du Japon.

Principaux lieux touristiques :

  • Hiroshima : Capitale régionale à l’histoire tragique.
  • Miyajima : Île sacrée connue pour son sanctuaire et son torii « flottant » sur l’eau.
Hiroshima aujourdhui
Hiroshima aujourdhui

Hiroshima

Hiroshima est la ville principale de la région de Chugoku, et compte un peu plus d’un million d’habitants. Devenue célèbre dans le monde après avoir été la cible de la première bombe atomique le 6 août 1945, la ville s’est trouvée presque entièrement rasée suite à l’explosion.

Après la guerre, la ville fut entièrement reconstruite, jusqu’aux lieux d’héritage historique comme le Château de Hiroshima. Au centre de la ville, un grand parc, au nom évocateur de parc en commémoration de la paix, a été construit en souvenir des évènements tragiques, non loin du A-bomb dôme.

  • Les principales attractions de Hiroshima sont :
  • Le Parc mémorial de la Paix : Parc en mémoire des victimes de la bombe atomique et des évènements du 6 août 1945
  • Le Jardin Shukkei-en : jardin traditionnel japonais
  • Château de Hiroshima : un monument japonais à l’apparence authentique, entourés de douves

Le Parc-Mémorial de la Paix de Hiroshima est probablement le lieu touristique principal de la ville. Immanquable avec ses 120 000 m2 au centre de la ville, et sa végétation, pelouses et chemins de promenade contrastant avec l’urbanisation autour.

Parc mémorial de la Paix à Hiroshima
Parc mémorial de la Paix à Hiroshima

Avant la chute de la bombe atomique, cette zone était le centre politique et économique de la ville, ce qui en fit la cible choisie. Quatre ans après, il fut décidé de la dédier à un espace de souvenirs pour les victimes et l’horreur de la menace nucléaire, qui est devenu le Parc-Mémorial de la Paix, soutenant la paix dans le monde. Le bâtiment principal du parc est le musée mémorial de la paix, situé au Sud. On peut y découvrir, à travers de nombreux objets et photos, l’histoire de Hiroshima et de l’arrivée de la bombe nucléaire, avec une attention particulière pour le 6 août 1945, jour de l’explosion, avec les conséquences qui en ont découlés.

Au Nord, le A-bomb dôme, symbole du parc, constitue les restes du hall de promotion industrielle, qui servait à mettre en valeur les industries de la ville. C’est un des rares bâtiments à être restés debout après l’explosion de la bombe, et a été classé parmi les sites de patrimoine mondial de l’UNESCO. Entre les deux, on retrouve divers monuments à la mémoire des victimes, avec entre autre :

  • Le cénotaphe, une tombe en forme d’arche pour toutes les victimes de la bombe
  • Le monument des enfants de la Paix, dédié spécifiquement aux enfants morts à cause de la bombe.

La statue tient son inspiration de Sadako Sasaki, une jeune fille morte à cause des radiations. Elle espérait pouvoir être soignée si elle arrivait à plier 1 000 cigognes en papier. Aujourd’hui, de nombreux écoliers envoient des cigognes en origami à Hiroshima, qui sont ensuite placées tout autour de la statue. La flamme de la Paix, qui brûle depuis 1964, et ne s’éteindra qu’une fois la planète débarrassée des bombes nucléaires.

chateau-de-hiroshima
Le chateau de hiroshima

Le château de Hiroshima

Parfois appelé château de la Carpe, ce monument est haut de 5 étages et entouré de douves. On accède au terrain autour du château par une grande porte principale reliée par un pont, et un sanctuaire se trouve à proximité. Hiroshima s’est développée comme une sorte de ville médiévale, où le château était à la fois le centre physique de celle-ci et sa source de prospérité.

Construit en 1589 par le puissant seigneur féodal Mori Terumoto, le château de Hiroshima était un important centre de puissant dans l’Ouest du Japon. Il fut épargné de la destruction lors de la restauration Meiji, au contraire de nombreux autres châteaux, et survécu jusqu’à l’explosion de la bombe atomique de 1945.

Reconstruit après la guerre, son apparence extérieure entièrement en bois lui donne une considérable authenticité. A l’intérieur se trouve un petit musée sur l’histoire de Hiroshima, son château et sur les châteaux japonais en général.

Le château se trouve à 10 minutes à pied de l’arrêt Kamiyacho (lignes 1,2 ou 6). On peut également s’y rendre depuis Shukkeien en 10 minutes ou le parc-mémorial de la Paix en 15 minutes. Il est par ailleurs ouvert de 9h à 18h (17h la semaine de décembre à février) mais fermé entre le 29 décembre et le 2 janvier

Miyajima
Miyajima

Ile de Miyajima

Miyajima est une petit île située à moins d’une heure de Hiroshima.

Miyajima est particulièrement connue pour son Torii géant, situé dans la mer, et qui semble flotter dessus lorsque la marée est haute. Bien que le nom officiel de l’île soit Itsukushima, elle est plus connue sous Miyajima, signifiant en japonais « île-sanctuaire », en raison de la présence du sanctuaire de Itsukushima, une des principales attractions du lieu.

Fait amusant, de nombreux cerfs sauvages se promènent librement sur l’île, et sont habitués à la présence des touristes et habitants, allant même jusqu’à fouiller dans les sacs laissés sans surveillance.

Kansai - Ville Osaka
Kansai – Ville Osaka

La région du Kansai

Constituée de sept préfectures dans la plaine de Kinki, la région du Kansai (関西, « à l’Ouest de la frontière ») était le centre politique et culturel du Japon pendant de nombreux siècles, et on y trouve ses principales villes et principaux lieux touristiques :

  • Kyoto : Capitale du Japon durant la période Edo, de 794 à 1868. Aujourd’hui, c’est la 7ème ville en terme de population avec 1,4 millions d’habitants, et un véritable mélange entre modernité et héritage historique.En raison de sa valeur historique, elle fut épargnée lors des bombardements de la seconde guerre mondiale, protégeant les innombrables temples et sanctuaires de la ville que l’on peut visiter de nos jours.

 

  • Osaka : Plus grande ville du Kansai avec ses 2,5 millions d’habitants, Osaka est depuis longtemps le coeur économique de la région. C’est la troisième plus grande ville du Japon, la deuxième en terme d’influence après Tokyo. Les principales attractions touristiques de la ville sont son château, son animation dans le quartier de Namba et ses spécialités culinaires.

 

  • Nara : Première capitale permanente du Japon en l’an 710, connue à l’époque sous le nom de Heijo. Située à moins d’une heure de Kyoto et d’Osaka, elle a conservé de nombreux trésors historiques, avec notamment certains des plus anciens et plus grands temples du Japon.
Tolyo - Photo de nuit
Tolyo – Photo de nuit

La région de Kanto

Cette région (qui signifie littéralement « frontière de l’Est ») est la plus large plaine du Japon, et la plus peuplée. Divisée en sept préfecture, on y trouve notamment les grandes métropoles de Tokyo et Yokohama.

Tokyo est la capitale du Japon, et la métropole la plus peuplée du monde. Anciennement connue sous le nom d’Edo, elle est devenue le centre politique du Japon en 1603 lorsque Tokugawa Ieyasu y établit le gouvernement féodal. Elle fut renommée Tokyo en 1868, avec la restauration Meiji et son établissement en tant que Capitale (Tokyo signifiant « capitale de l’Est »).

Aujourd’hui, elle offre un panel de divertissements quasi infini, allant du shopping, à la culture en passant par la nourriture. L’historique de la ville peut être apprécié dans des quartiers tels qu’Asakusa, les musées, temples ou jardins. A l’opposée, on y découvrira la vie moderne à Shibuya, Shinjuku ou Akihabara. Se déplacer dans Tokyo est extrêmement facile grâce à son réseau de métro dense et à la ligne Yamanote qui fait le tour de la ville.

Beppu - Jigoku au Japon
Beppu – Jigoku au Japon

La région de Kyushu – Découvir Beppu

Kyushu (九州, « neuf provinces ») est la troisième plus grande île du Japon, située au Sud-Ouest de Honshu. Un des berceaux de la civilisation japonaise, Kyushu offre de nombreux trésors historiques, une beauté naturelle mais aussi des villes modernes.

Capitale japonaise des sources chaudes (onsen), Beppu est une des destinations les plus célèbres pour les onsen, ces sources chaudes aux vertus thérapeutiques. La ville offre un large éventail de possibilités, du bain chaud commun, mais également bain de sable, de boue ou de vapeur, chacun avec ses propriétés spécifiques. On peut également visiter les Jigoku onsen, « bains de l’enfer », un ensemble spectaculaire de bains à admirer plutôt que d’y plonger.

Jigoku onsen ou les enfers (Jigoku) de Beppu sont composés de neuf sources chaudes spectaculaires à admirer : sept se trouvent dans le quartier de Kannawa, et deux dans le quartier plus éloigné de Shibaseki. On peut s’y rendre facilement grâce aux bus partant de la gare JR de Beppu toutes les 15 min. les bus Kamei n°5, 7 et 9 sont les plus rapides. Descendez au terminus Kannawa, depuis lequel vous pouvez rejoindre les sept enfers à pied. Les bus Kamei n°16/16A passent 2 fois par heure depuis Kannawa jusqu’à Shibaseki (~5 minutes de trajet), où les deux derniers enfers se trouvent.

Dans le détail des jigoku ne ratez pas la visite du Quartier de Kannawa, l’immanquable 

  • Umi Jigoku : « L’enfer de la mer » est probablement un des enfers les plus beaux, avec son étang d’eau chaude au bleu éclatant.
  • Oniishibozu Jigoku : Le nom de cet enfer vient des bulles de boue qui émergent des bassins bouillonnant, et qui ressemblent aux crânes rasés des moines.
  • Shiraike Jigoku : « L’étang blanc » tient son nom de l’eau bleue-blanche qui y jaillit, assez similaire à du lait en apparence.
  • Yama Jigoku : « L’enfer de la montagne » est composé d’une montagne de boue qui s’est formée au fil de temps grâce aux éruptions de cette source, mais également d’un petit zoo avec de nombreux animaux tels des éléphants, des flamands roses ou encore des lamas.
  • Kamado Jigoku : Son nom (« le four ») vient du fait qu’il était auparavant utilisé pour cuisiner. Le grand démon rouge se tenant sur une sorte de cuisinière traditionnelle est son symbole.
  • Oniyama Jigoku : Des crocodiles sont élevés autour de cet enfer « l’enfer de la montagne monstrueuse ».
  • Kinryu Jigoku : « L’enfer du dragon d’or », avec sa statue de dragon et sa serre, chauffée grâce à la source chaude.
Carte du Japon
Carte du Japon
Image - Cartes - Photos : jardin -

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.