fort-boyard
fort-boyard

Fort Boyard

Dans l’axe du pertuis d’Antioche, Fort Boyard se trouve à mi distance entre l’île d’Aix et celle  d’Oléron, perché sur des écueils consolidés, le fort se dresse la silhouette massive de cet énorme navire de pierre.

Images du site de Fort Boyard

Autour du site de Boyard, les fonds du pertuis atteignent des profondeur de près de vingt mètres au dessous des plus basses marées ce qui donne encore plus l’impression de navire de guerre à cette massive construction sur plan ovale, dont les murailles sont ouvertes par des sabords qui semblent menacer ceux qui passent à portée.

Après des projets du 17è et du 18è siècles, tous abandonnés (malgré le sac d’Aix par les anglais en 1757), parce que la construction d’un fort entre Oléron et Aix, pour protéger la rade d’entrée de la Charente, était techniquement incompatible avec les potentiels de l’époque. C’est Napoléon 1er qui a donné l’ordre de faire construire en ce lieu un fort capable de commander les accès à la Charente et Rochefort et en même temps de défendre la rade de La Rochelle comme une sentinelle avancée. A l’époque, la portée des canons des forts d’Aix et des Saumonards était insuffisante pour empêcher le passage de navires de guerre qui auraient voulu aller remonter la Charente pour attaquer Rochefort.

En 1803, il fut amené d’importants matériels de chantier à la pointe de la Perrotine… c’était la naissance de Boyardville. La construction qui devait se faire sur la longe de Boyard, rochers ne découvrant qu’à marée basse, commença et ce fut dur et lent. A partir de mai 1804 une rotation régulière de gabarres et de chasse marées commença entre le site et la pointe de Coudepont dans l’île d’Aix d’où il était tiré des blocs pour l’enrochement. Les premiers blocs du fort Boyard ne dépassaient pas deux m3 et les vagues et les tempêtes les déplaçaient avec une facilité déconcertante.

On passa alors à la mesure supérieure en installant des blocs de 15 m3 soit plus de 25 tonnes. Ce fut un travail titanesque pour l’époque. L’enrochement immergé fut de prés de 90 000 m3. Il devait servir de base à la construction proprement dite qui devait être faite par des blocs cubiques de 1.5m d’arête cramponnés entre eux par des crochets de fer.

En revenant d’Espagne en août 1808, voyant l’énormité du travail et la lenteur due aux difficultés, Napoléon décide de réduire de 150 prévus à 26, le nombre des canons qui devaient être installés devant leurs sabords. Le plan de base est un ovale de 68m pour le grand axe et de 31m pour le petit axe, sa hauteur est de 20m. Il doit porter 3 rangées d’embrasures. Survient alors en 1809, la curieuse affaire des brûlots et le chantier de Fort Boyard ne tarde pas à être interrompu. Il le sera pendant quinze ans, tout le temps de la restauration. C’est Louis-Philippe qui ordonna la reprise des travaux, et le fort fut achevé sous Napoléon III en 1859.

Le projet du Fort Boyard était grandiose !

Le fort était conçu pour résister à une flotte entière : 260 hommes plus les services d’intendance. Réserves d’eau douce de 300 m3, des magasins à poudres et des soutes à munitions scindés en petits îlots pour éviter qu’une poudrière touchée détruise l’ensemble. 66 casemates devaient recevoir des canons à longue portée… cependant il ne fut équipé que de 30 canons de seize… Mais lorsque le gros œuvre est terminé, le but initial était désormais dépassé. Les canons à longue portée avaient vu le jour et le fort n’avait plus sa raison d’être. Lors du dépôt du procès verbal de fin des travaux en 1866 le prix de revient fut officiellement établi à 7 083 000 Frs. (environ 120 km d’autoroute aujourd’hui).

On ne savait plus trop quoi en faire… on en fit une prison pour les communards de 1871 en attendant leur déportation vers la nouvelle Calédonie. Parmi eux on pu reconnaître les chefs de la commune dont Assy, Rastoul, et Jourde ainsi que le journaliste Henri Rochefort. Puis, même ce rôle de prison lui fut refusé parce que trop de difficultés d’accès et vie trop dure pour les prisonniers et surtout pour leurs gardiens. Pour occupant, on y vit successivement et parfois ensemble : les services du « marégraphe », les matelots de Rochefort chargés de la surveillance des torpilles dormantes du pertuis, les ouvriers chargés par les services de l’hydraulique de Rochefort d’assurer l’entretien des bâtiments. En 1925, les ferrailleurs vinrent récupérer les canons… à la dynamite !

Ensuite laissé à l’abandon alors qu’il avait été classé monument historique, il vit son petit port progressivement démoli par la mer. Un particulier (un dentiste d’Avoriaz) l’acheta au service des domaines avec un magnifique projet d’en faire un hôtel de luxe… pour 28 500 frs mais les difficultés et le coût prévu furent tels qu’il y renonça.

Le cinéma avec Alain Delon, Lino Ventura et Serge Reggiani s’en servira comme décor du film « Les Aventuriers » en 1966… puis le calme se rétablit sur l’énorme fort perdu en mer. Seuls mouettes et goélands en furent les locataires jusqu’ à ce que le propriétaire, lassé de cet achat sans suite, le vendent au département de la Charente Maritime pour la somme de 1,5 million de Francs.

fort-boyard-carte
fort-boyard-carte

Pendant quelques années c’est de nouveau l’abandon… Alors soudain, par la volonté d’un champion du marketing du conseil général, la télévision s’y intéresse et décide qu’il sera le théâtre des exploits des sportifs d’une émission jeu qui serait le phare de la chaîne pour les samedis soir… pari tenu et réussi. Désormais, toute la France sait qu’il existe, même s’il faut faire de gros efforts au département pour faire comprendre aux téléspectateurs qu’il se trouve là où il est… en Charente Maritime.

Le succès de l’émission est tel que le Fort Boyard s’exporte d’abord dans les pays francophones puis aux Etats Unis… Bon vent au bateau de pierre !

Par contre en l’état actuel des choses il ne peut être visité, il existe un contrat entre le Conseil général et les producteurs de l’émission, mais bien des bateaux de promenade en mer vous emmèneront en faire le tour au départ de La Rochelle, ou de Boyardville.

Image - Cartes - Photos : fort boyard - fort boyard carte - où se trouve fort Boyard - carte fort boyard - fort boyard carte de france - fort boyard france map - images de Fort Boyard du fort - fort boyart carte -

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *