Suisse
Suisse

La Suisse

En allemand Schweiz, en italien Svizzera et en romanche Svizra, la Suisse est un pays d’Europe occidentale avec comme capitale, la ville de Berne. Le pays suisse est situé dans les Alpes occidentales ; le pays est enserré entre la France à l’ouest et au nord, l’Allemagne au nord, l’Autriche et le Liechtenstein à l’est, et l’Italie au sud.

Découvrir la Suisse

Le tourisme est l’une des principales sources de devises et d’emplois en Suisse ; en effet, le pays accueille en moyenne 11 millions de visiteurs chaque année, ce qui représente près de 35 millions de nuitées hôtelières au milieu des années 2000. En 2006, les recettes touristiques ont rapporté 10,63 milliards de dollars.

La Constitution fédérale suisse reconnaît quatre langues nationales : l’allemand (parlé par 63,7 % de la population), le français (20,4 %) et l’italien (6,5 %) ; la quatrième est le romanche, langue rhéto-romane parlée par moins 0,5 % des habitants, presque exclusivement dans les Grisons, et reconnue langue officielle par référendum. Environ 9 % de la population parle d’autres langues (essentiellement les langues des populations immigrées, telles que l’espagnol, le portugais, le turc et le serbe – statistiques de 2002).

La majorité des cantons est monolingue ; on parle allemand dans 17 cantons, et 4 cantons sont uniquement francophones (Genève, Vaud, Neuchâtel et le Jura). La Suisse compte 3 cantons bilingues français/allemand (Valais, Fribourg et Berne) et un seul canton trilingue allemand/italien/romanche (Grisons). L’italien est parlé dans un canton (Tessin) et dans les vallées du sud des Grisons.

La langue commune est le Schwyzertütsch (suisse allemand), amalgame de plusieurs dialectes alémaniques ne pouvant se comparer à l’allemand écrit ou à d’autres dialectes germaniques. Les deux principales langues culturelles sont l’allemand classique, principalement utilisé par les médias, et le français.

La liberté de conscience, de croyance et le libre exercice du culte sont garantis par la Constitution ; il n’existe pas de religion officielle. Le paysage religieux est marqué par la Réforme protestante qui a mis fin à l’unité confessionnelle de la Suisse au xvie siècle. Au xxie siècle, les religions dominantes demeurent le catholicisme (qui concerne 41,8 % de la population selon les chiffres du recensement de 2000) et le protestantisme (35,5 %, contre 52,7 % en 1960), même si ces Églises sont confrontées à un affaiblissement de leur influence depuis les années 1970. L’islam concerne 4,3 % de la population, et le christianisme orthodoxe, 1,8 %.

En matière économique, la Suisse possède une économie hautement industrialisée et développée. La finance, l’industrie pharmaceutique, l’horlogerie et le tourisme en constituent les principaux secteurs d’activité. L’économie suisse est caractérisée par un PIB par habitant particulièrement élevé (3e rang mondial au milieu des années 2000). Dans les années 1990, la croissance suisse s’est avérée plus faible que la moyenne de la croissance des pays de l’Union européenne (0,96 % d’augmentation du PIB sur la période 1990-2001).

Elle est repartie à la hausse au milieu des années 2000, la Suisse apparaissant alors comme l’un des pays dans le monde bénéficiant de la compétitivité la plus élevée. En 2006, la population active était constituée de 4,2 millions de personnes, dont plus de 900 000 étrangers (majoritairement originaires d’Italie, d’Espagne, de Portugal et de France) appelés « travailleurs-hôtes ».

Suisse - Carte détaillée
Suisse – Carte détaillée

Voyage en Suisse

Avec ses 4 478 m d’altitude, le Cervin est l’un des plus hauts sommets des Alpes. Il est situé dans le sud de la Suisse, à proximité de la frontière italienne. Il a été gravi pour la première fois en 1865 par des alpinistes britanniques, conduits par Edward Whymper.

Les Alpes suisses comprennent plusieurs chaînes, dont les Alpes Pennines où se trouve le plus haut sommet suisse, la pointe Dufour (4 634 m), dans le mont Rose et, plus au sud, le mont Cervin, deuxième sommet suisse avec une altitude de 4 478 m. Les massifs centraux de l’Aar-Gothard portent des glaciers, le plus grand d’entre eux et le plus grand d’Europe, l’Aletsch, se trouvant dans le massif de l’Aar. Le système alpin est en certains endroits entaillé par des vallées profondes et sinueuses comme l’Engadine, à l’est. Le col du Saint-Gothard est la principale voie de passage entre l’Europe centrale et l’Italie.

Le Jura, quant à lui, s’étire de Dole jusqu’à Zurich et culmine à 1 600 m ; bien moins élevé que les Alpes, il constitue néanmoins une barrière abrupte qui n’est franchissable qu’en de rares passages.

Entre les Alpes et le Jura, le Plateau suisse (ou Moyen Pays) s’étend, du sud-ouest au nord-est, du lac Léman au lac de Constance, avec une altitude moyenne de 395 m et une largeur d’environ 50 km. Ce vaste plateau constitue la région vitale du pays et regroupe la majorité de la population et des agglomérations.

À partir de Bâle (l’une des plus importantes villes de Suisse), pour vos vacances en Suisse, le Rhin est entièrement navigable jusqu’à son embouchure, à 800 km en aval. Avec ses affluents, le fleuve draine 60 % du territoire suisse. Les chutes du Rhin à Schaffhouse, en Suisse, constituent l’une des plus spectaculaires cascades d’Europe, avec une largeur d’environ 185 m et une hauteur de 23 m. Elles sont aujourd’hui utilisées pour la production d’énergie hydroélectrique.

Lac Léman à Genève

Situé à la frontière franco-suisse, entre le massif du Jura et la chaîne des Alpes, le lac Léman a une origine glaciaire. C’est le plus grand lac d’Europe occidentale (582 km²). En arrière-plan, on aperçoit la ville de Genève, principale métropole de la Suisse romande. Dans le port jaillit le jet d’eau, de 145 m de hauteur.

L’importance du réseau hydrographique a amené les géographes à surnommer la Suisse le « château d’eau » de l’Europe. En effet, les vallées suisses sont parcourues de nombreux cours d’eau torrentueux, coupés de chutes et de cascades : Schaffhouse sur le Rhin, Staubbach (environ 300 m de haut), dans le canton de Berne. Avec le Rhin, le Rhône, le Tessin et l’Inn, la Suisse alimente de ses eaux la mer du Nord, la Méditerranée, l’Adriatique et la mer Noire. Le bassin du Rhin draine avec ses affluents 60 % du territoire. D’abord torrent de montagne, son cours ne se régularise qu’à la sortie du lac de Constance. Le bassin du Rhône, quant à lui, draine 18 % du territoire suisse.

Lac des Quatre-Cantons

Appelé également lac de Lucerne, le lac des Quatre-Cantons, d’une superficie de 114 km2, s’étend au pied de la ville de Lucerne, capitale du canton du même nom.

Le lac suisse de Neuchâtel est le plus grand lac compris entièrement à l’intérieur des frontières de la Suisse (216 km²). De forme allongée (40 m de long pour seulement 6 à 8 km de large), il s’étend dans l’ouest du pays au pied du Jura. Très poissonneux, relié par des canaux aux lacs de Bienne et de Morat, il baigne au nord-ouest la ville de Neuchâtel, dont on voit ici le port de plaisance.

Le lac de Brienz est un lac subalpin situé dans le sud du canton de Berne (ouest de la Suisse).

Le rôle des lacs est primordial : ils épurent les eaux troubles des fleuves, stabilisent leur régime en canalisant les crues et en compensant les étiages saisonniers. La plupart sont situés au débouché des vallées alpines. Outre le lac Léman et le lac de Constance, la Suisse abrite le lac de Lugano, le lac Majeur (le point le plus bas de la Suisse, à 194 m au-dessus du niveau de la mer), le lac de Neuchâtel, le lac des Quatre-Cantons (ou lac de Lucerne), le lac de Zurich, et enfin les lacs de Brienz et de Thun.

Dans les Hautes-Alpes, l’enneigement peut sévir de six à dix mois par an. Au-delà de 2 700 m d’altitude, les sommets sont couverts de neiges éternelles.  Mais la Suisse jouit d’un climat tempéré, de type montagnard avec des influences continentales. La moyenne thermique annuelle est de 7 °C (soit 20 °C en été, 4 °C en hiver), les températures diminuant en altitude d’environ 1,7 °C tous les 300 m. Les précipitations varient en fonction de l’altitude : sur le Plateau suisse, la moyenne annuelle est d’environ 915 mm de pluie, les zones plus élevées recevant généralement beaucoup plus d’eau.

L’enneigement de la Suisse est inégal ; il varie entre quelques jours par an dans certaines vallées du Tessin et de six à dix mois dans les Hautes-Alpes. Au-delà de 2 700 m, les sommets sont couverts de neiges éternelles. Les vents froids du nord, comme la bise, prédominent en hiver. Le fœhn, un vent chaud et sec du sud-est, souffle en moyenne 34 jours par an, adoucissant notablement le climat.

Suisse paysage
Suisse paysage

 

Végétation et faune de la Suisse

Panorama, non exhaustif, de la flore et de la faune suisses : une grande richesse du pays. Les écosystèmes alpins, en particulier, abritent une importante biodiversité, l’une des plus élevées d’Europe.

La végétation suisse

Le territoire suisse est riche de quelque 10 000 espèces de végétaux (lichens, mousses, fougères, gymnospermes et angiospermes) et de champignons. Comme dans tous les pays montagneux, la végétation est étagée : cultures et prairies dans les vallées et sur les premières pentes, forêts et alpages montant jusqu’à la limite des neiges. Sur les ubacs, les forêts de conifères (sapins et épicéas) dominent, les adrets étant plus riches en feuillus et en mélèzes. Le Jura, au climat froid (on parle de la « Sibérie neuchâteloise »), est le domaine du hêtre et des conifères, tandis que dans le Tessin, au climat plus doux, le châtaignier est très répandu, formant de vastes peuplements sur les pentes orientées au sud et à l’ouest. Le plateau central est propice aux hêtres et aux pâturages.

La flore suisse est majoritairement celle des systèmes alpins : edelweiss, anémones, aster des Alpes, lis, pin mugho et orme de montagne croissent sur tout le territoire. Cependant, la présence de microclimats autour des lacs autorise parfois l’acclimatation de plantes et d’arbres méditerranéens tels que le magnolia, l’amandier, et le noyer.

La Faune

La faune rassemble près de 40 000 espèces connues (invertébrés et vertébrés). On y trouve plusieurs milliers d’insectes, dont près de 190 espèces de papillons. Les amphibiens comptent une vingtaine d’espèces et les reptiles, une quinzaine. Près de 400 espèces d’oiseaux, sédentaires ou de passage, fréquentent le territoire suisse, sur lesquelles environ 175 sont nicheuses.

Les mammifères sont représentés par près de 90 espèces, en majorité des rongeurs et des chauves-souris (une trentaine d’espèces). Parmi les mammifères emblématiques de la faune des montagnes figurent la marmotte des Alpes, le chamois et le bouquetin. L’ours brun qui, exterminé par la chasse, était absent des Alpes suisses depuis 1904, a fait sa réapparition en 2004 ; il est représenté par quelques individus isolés venus d’Italie et d’Autriche. Le loup, qui avait disparu au XIX ème siècle, fait lui aussi, depuis le début des années 2000, des incursions sporadiques, depuis l’Italie et la France.

Les lacs et rivières suisses abritent environ 70 espèces de poissons, dont une cinquantaine est indigène. La féra est une espèce endémique du lac Léman. Les eaux douces renferment également 7 espèces d’écrevisses, dont 3 indigènes.

 

 

Image - Cartes - Photos : carte allemagne autriche suisse - frontière suisse italie - ville frontalière suisse - frontiere suisse - frontiere autriche italie - la carte ditalie et ses frontieres - ville frontiere suisse italie - villes frontière france suisse -
Promo FRAM Voyages'

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *